gaetane
Echanges entre Patrice Talon les responsables de Moele-Bénin en février 2020. Photo: @Facebook (Moele-Bénin)

Présidentielle 2021: Moele-Bénin convaincu de la candidature de Patrice Talon

A quelques mois de l’élection présidentielle de 2021, le président Patrice Talon maintient le suspens sur sa candidature. Mais le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) ne doute pas de cette candidature.

Moele-Bénin n’a pas de doute sur la candidature du président Patrice Talon en 2021. Selon Julien Gbaguidi, porte-parole du parti reçu par Crystal News, c’est dans cette certitude qu’ils ont décidé de désigner le chantre de la “Rupture” pour les représenter dans cette compétition électorale. Le parti a même déjà prévu des actions pour mobiliser les populations autour de ce second mandat en vue. Il n’a donc pas attendu que le président Patrice Talon avise.

A lire aussi : Bénin – Présidentielle 2021: Aurélie Adam Soulé, investie d’un message pour Talon

Pour Julien Gbaguidi, la candidature de Patrice Talon est une évidence qui ne devrait échapper à l’analyse de personne. A l’en croire, le choix de Moele-Bénin sur la personne du Chef de l’Etat est d’abord fondé sur les résultats probants obtenus en 4 ans de gouvernance. Le parti a donc jugé important de permettre à Patrice Talon de continuer dans la même lancée en briguant un second mandat.

Quid de la parole donnée sur le mandat unique?

Sur cette question, Julien Gbaguidi met en avant l’échec de la première révision constitutionnelle et les appels incessants du peuple. Pour lui, la promesse de Patrice Talon de faire un seul mandat à la Présidence du Bénin devait être actée par la première révision constitutionnelle. Suite à l’échec de cette révision, il estime que la voie est donc ouverte et que le mandant unique ne s’imposerait plus au président Patrice Talon.

De la promesse du mandat unique au conditionnement de sa candidature

La question de la candidature du président Patrice Talon en 2021 a connu une évolution spectaculaire, ces trois dernières années. En effet, Patrice Talon avait martelé à sa prise de fonction qu’il fera un mandat unique à la tête du Bénin. « Je ferai de mon mandat unique, une exigence morale en exerçant le pouvoir d’Etat avec dignité et simplicité », avait-il déclaré.

A lire aussi : Bénin – Appel à son second mandat: Patrice Talon rappelle à l’ordre ses partisans

Quelques temps après, il l’a encore martelé face à la presse. « Je voudrais que tout le monde soit sûr et certain d’une chose. Si par extraordinaire, le mandat unique, cette réforme ne passait pas, à titre personnel, je ferai le mandat unique pour montrer à mes concitoyens que j’y crois fermement et que, en 5 ans, on peut faire le job et laisser la tâche à d’autres personnes », avait-il répondu au journaliste André Dossa.

Mais les choses ont rapidement changé au lendemain de l’échec de sa première tentative de révision constitutionnelle. Patrice Talon n’est plus sûr de faire un mandat unique. En tous cas, il pense désormais que 2021 est loin et qu’en son temps il « avisera ». Ce doute qu’il a émis sur sa candidature à l’élection présentielle de 2021 a été renforcé lors de l’entretien qu’il a accordé à RFI et France 24. Ici, le chef de l’Etat a été un peu plus concret. Selon lui, sa candidature éventuelle pour la présidentielle de 2021 dépend de trois facteurs.

A lire aussi : Bénin – Présidentielle 2021: FCBE dénonce un culte de la personnalité autour de Patrice Talon

« Ça dépend de ma disponibilité personnelle, de mon état d’esprit; ça dépend de l’environnement politique dans lequel nous sommes. Le troisième facteur duquel dépend une éventuelle candidature de Patrice Talon, c’est la mise en oeuvre de mon action actuelle », a-t-il déclaré le 7 novembre 2019.

Il est donc désormais clair pour tous les Béninois que le président Patrice Talon ne se soumettra certainement plus à sa promesse de mandat unique. Le jeu est désormais ouvert et le chantre du « Nouveau Départ » pourrait se représenter à sa propre succession. Il n’a d’ailleurs pas de soucis à se faire par rapport au parrainage exigé par le code pectoral. Il peut compter sur les deux blocs de la mouvance, le Bloc Républicain (BR) et l’Union Progressiste (UP), qui détiennent le plus grand nombre d’élus dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.