Logo du PRD, Parti du Renouveau Démocratique

Présidentielle 2021 au Bénin : quelle option pour le PRD ?

Malgré son absence aux législatives de 2019 et son échec cuisant aux élections communales de 2020, le Parti du Renouveau Démocratique (PRD) reste l’un des grands partis dont la position est très attendue en 2021. Sans maires et députés, quelle sera l’option du PRD, qui a déjà exprimé sa ferme volonté de répondre présent à cette échéance électorale?

Le PRD ne compte pas rester en marge de la présidentielle de 2021. A l’issue de l’université de vacances tenue il y a quelques jours, le parti a été clair. Pas question pour lui de ne pas participer aux élections présidentielles. Mais la grande question, c’est comment compte-t-il participer à la présidentielle de 2021 sachant que les lois électorales actuellement en vigueur le limitent considérablement dans ses marges de manœuvres pour les joutes électorales de 2021 ?

A lire aussi “Le PRD doit poursuivre le combat”, Me Adrien Houngbédji

La première option qui aurait pu être celle d’un parti comme le PRD, qui se dit grand, est la désignation d’un candidat interne pour porter ses couleurs. Mais dans le cas actuel, contrairement aux élections présidentielles passées, le PRD est en passe de ne pas pouvoir présenter son propre candidat. Pour cause, le parti ne dispose pas à sa portée, des armes nécessaires pour surmonter le filtre que constitue le parrainage institué par les lois électorales. Pour faire face à cette difficulté, le parti d’Adrien Houngbédji devra débaucher des maires et députés des blocs présidentiels, ce qui n’est pas évident.

Le PRD en soutien à un candidat externe ?

L’autre option qui se présente aux “tchoco tchoco”, est qu’ils apportent leur soutien à un candidat externe, détenteur du nombre de parrainages exigé. Même s’il s’agit d’une option un peu réductrice pour le PRD, c’est quand même la voie la plus abordable qui s’offre à lui. Il est à noter que cette option présente plusieurs cas au parti.

A lire aussi : Bénin : l’hommage mérité de Laurent Faton à Me Adrien Houngbédji

Le PRD qui tente visiblement de glisser un pas vers une position critique vis-à-vis de la gouvernance actuelle, s’offre une ouverture vers d’autres propositions, en dehors de celles de la mouvance dont il se réclame à corps et à cris. Ainsi, le PRD pourrait bien se rallier à d’autres candidatures, autres que celles de la mouvance.

Il n’est donc pas exclu que le parti arc-en-ciel prête main-forte à des candidatures opposées à celles des partis présidentiels. Cela paraît peu probable; mais la probabilité n’est pas nulle. A la présidentielle de 2016, le PRD avait déjà montré qu’il est capable de s’allier à ses adversaires d’hier.

Après 30 ans d’existence, que pèse le PRD ?

Pour certains observateurs de la vie politique, le PRD est dans ses derniers soubresauts. Pour ceux-ci, le parti a peut-être survécu à la réforme du système partisan; mais a du mal à sortir la tête de l’eau. Les démissions qui ont suivi la décision d’Adrien Houngbédji de sauvegarder son parti ont affaibli la maison “tchoco – tchoco”. A cela s’ajoute son absence aux dernières législatives et son incapacité à réunir les 10% au plan national, exigés par le code électoral, lors des élections communales passées.

A lire aussi : Communales 2020 au Bénin : et si le Prd avait contribué à la mise en place de la barrière des 10% ? (Vidéo)

Aujourd’hui des questions subsistent sur la force de frappe du PRD, qui visiblement ne tient plus le coup. Si le parti n’a pas pu réunir 10% au plan national, que peut-il apporter de plus à un candidat dont l’objectif est de remporter la présidentielle? La question reste posée, et le parti devra y répondre afin de mieux convaincre dans les tractations, en prélude à la présidentielle de 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.