Bénin : l’avis du bénino-russe Alexandre Houssou sur les réformes de Patrice Talon

Au Bénin, depuis le Mercredi 16 Septembre 2020 pour une conférence universitaire, le financier bénino-russe, Alexandre Houssou, s’est prononcé sur les réformes en cours sous le président Patrice Talon.

Selon l’expert en développement international et commerce, les réformes engagées par le président de la République au regard des informations relayées dans les médias sont plutôt mitigées.

A Lire aussi: Bénin – Débat sur le parrainage: l’ONG ALCRER se démarque des autres OSC

“Je dirai que le regard mitigé, parce-que si on s’en tient à ce que l’on peut lire dans les médias, il y a différents types de discours. Il y a des discours qui sont positifs envers les réformes qui ont été engagées, mais il y a également beaucoup de souffrances exprimées par de nombreux béninois“, a fait savoir Alexandre Houssou.

Pour ce financier de renommée mondiale, “on ne peut pas se contenter de voir seulement que ce qui est bon sans tenir compte des choses qui peuvent être améliorées”.

C’est d’ailleurs l’une des raisons de sa présence sur la terre de ses aïeux où il aura à échanger avec beaucoup de ses compatriotes.

Je suis là pour voir dans quelle mesure je peux apporter des idées pour des solutions applicables dans notre pays“, a-t-il confié à sa descente à l’aéroport.

Qui est le bénino-russe Alexandre Houssou?

Le bénino-russe, Alexandre Houssou, est originaire de Djègan Daho, village de son grand-père paternel, situé dans la capitale politique du Bénin, Porto-Novo. Né à Moscou en 1966, son père est ingénieur et sa mère, assistante administrative à l’université de l’amitié des peuples du nom de Patrice Lumumba.

Véritable citoyen du monde, il a bâti sa réputation, méthodiquement, par le travail bien fait et un savoir-faire qui force l’admiration, associés aux influences socioculturelles dont est jalonné son parcours. En effet, il s’est fait grand en puisant son savoir entre l’Afrique, l’ex-U.R.S.S et l’Europe.

De même, il a suivi une trajectoire et une scolarité atypiques, à bien des égards, dans quatre systèmes éducatifs dont le russe, l’américain, le français et le britannique.

Imprégné des cultures des quatre coins du globe, Alexandre Houssou demeure attaché aux racines de la terre de ses aïeux. Il maintient ainsi, en permanence, des liens très étroits avec sa famille, ses proches et amis, au Bénin comme un peu partout dans le monde.

Au cours de ses périples personnels et professionnels en dehors du
Bénin, Alexandre Houssou a travaillé dans huit pays d’Europe et d’Afrique dont la Guinée, le Niger et l’Algérie. Dès l’âge de 6 ans, il arpente les rues de
Conakry et apprend deux langues locales : le soussou et le peulh. Assoiffé
de culture,

Alexandre Houssou est, aujourd’hui, un polyglotte accompli. Il
pratique plus de sept langues et maîtrise entre autres : le russe, l’anglais,
l’espagnol ou encore le portugais, et continue son apprentissage de l’arabe.

Parcours académique ….

Après avoir décroché son baccalauréat français, il a débuté son parcours
universitaire par un passage à l’École nationale de chimie, physique et biologie de Paris.

Parcours qu’il viendra couronner par un diplôme en mesures physiques
et techniques instrumentales à l’université de Aix-Marseille. Cette formation sera complétée, entre autres, par des séminaires professionnels en stratégie des ventes et techniques de négociation, dispensés par des organismes internationaux de renom.

A Lire aussi:Bénin; Dossier des ambulances: Jean-Baptiste Elias débouté par la CRIET

Travailleur acharné, avant même de démarrer sa carrière, il a effectué des stages et tenu des emplois temporaires auprès d’industriels et autres grands noms tels que : Pechiney, Total ou encore le Service Central pour la Protection Contre les Rayonnements Ionisants (SCPRI).

Après une formation bien adaptée à ses ambitions, Alexandre Houssou a démarré sa vie professionnelle par une carrière technique, durant laquelle il deviendra le spécialiste support international en spectrométrie de masse pour le compte du numéro 1 mondial de l’instrumentation scientifique : Thermo fisher scientific.

Il poursuivra ensuite son développement professionnel à travers une brillante carrière commerciale qui l’amènera à développer des marchés, à travers le monde entier, pour des solutions techniques de pointe dans des secteurs aussi variés que l’énergie, la nanotechnologie ou encore la défense.

6 commentaires
  1. claude dit

    des docteurs en papier, on en a trop eu deja.

  2. Dieu sauveur dit

    On s’y attendait rien d’étonnant

  3. Tokounon dit

    Il est surdiplômé et ça c’est bien. Mais dans tous ça,est-ce qu’il peut doigter une seule micro entreprise qu’il a créer au Bénin ne serais-ce pour recruter 5 chômeurs?Quel diplôme ? On s’en fou oui. Le peuple béninois n’est plus à ce niveau. Si quelqu’un doit avoir le mérite de critiquer la gouvernance au Bénin,ça doit être seulement et uniquement ceux qui sans même avoir été président de la république,posent des actions concrètes pour régler des problèmes réels du peuple. Si c’est ajavon qui a parlé ainsi maintenant,on peut comprendre

  4. Noël AKPATA dit

    Bien dit

  5. Ben dit

    C’est ce que vous aviez dit sur Zinsou pour nous amener le dictateur de Talon. Vous pensez que le Bénin appartient seulement à ceux qui vivent au Bénin? Non Messieurs, le Bénin appartient à tous les béninois, qu’ils soient au Bénin ou qu’ils soient de la diaspora.

  6. Coco dit

    S’il pouvait s’assoir et comprendre un peu le Béninois et le Bénin avant d’en parler! Va voir Zinsou, il te dira mieux sur le Bénin. On ne saute pas sur les choses ici, tu vas trébucher. Mieux, tu n’as évoqué que les critiques des citoyens envers le gouvernement. Yayi à vécu pire que ça. Mais aujourd’hui, il est celui que les Béninois désir plus que quiconque. Arrange tes papiers et va à l’école du bénin. Talon ne croyait pas ce qu’il vie présentement

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.