Patrice Talon, président de la République du Bénin. @Présidence du Bénin

Politique: la démocratie béninoise telle que perçue par Talon avant 2016

L’Etat de la démocratie au Bénin avant l’ère de la rupture n’est pas des plus reluisantes. Le président Patrice Talon en peint plutôt un visage presque hideux.

Dans un entretien accordé au média panafricain Jeune Afrique, le chef d’Etat béninois, Patrice Talon, a donné son point de vue sur la supposée régression de la démocratie béninoise sous son règne.

A Lire aussi: Bénin: après Joël Aïvo, un autre compatriote souhaite débattre avec Talon

Répondant aux questions des confrères de Jeune Afrique, le président Patrice Talon estime que, pour apprécier avec pertinence l’Etat de la démocratie sous son régime, il faut se retourner cinq ans en arrière pour apprécier la situation en 2015.

Selon Patrice Talon, en 2015, “le Bénin était certes célébré comme un champion en démocratie”, mais à un coût qui pesait sur le pays et sur son développement.

Pour convaincre ses interlocuteurs sur le visage peut reluisant qui caractérisait la démocratie béninoise avant sa prise de pouvoir en 2016, Patrice Talon fait la peinture de certaines réalités qui étaient celles du pays.

L’état de la démocratie avant 2016, selon Talon

Avant sa prise de pouvoir à l’issue de la présidentielle d’Avril 2016, l’actuel locataire de la Marina trouve un Bénin qui disposait de plus de 200 partis politiques, dont seulement une cinquantaine sont représentes à l’assemblée nationale, seule ou en alliance.

L’institution parlementaire en elle même était devenue un assemblage hétéroclite d’intérêts divergents. Ceux qui l’animaient s’entendaient au prix de la compromission et de la corruption.

Une démocratie ne peut être viable avec un tel nombre de partis partageant le pouvoir et dont la plupart étaient des clubs d’intérêts matériels dénués de tout programme politique

Patrice Talon

Aussi, pour que la démocratie béninoise génère de la bonne gouvernance et du développement, il était donc nécessaire, affirme le chef de l’Etat, que des conditions contraignantes relatives à la qualité des élus soient posées.

D’où l’introduction de règles nouvelles, poursuit-il visant à favoriser l’émergence de regroupements politiques forts, représentés à l’assemblée nationale sur la base d’un pourcentage décent de l’électorat.

“Les deux partis dont vous parlez et qui ont formé une coalition gouvernementale à l’Allemande, sont le fruit de la fusion des dizaines de partis politiques, représentant la grande majorité de ceux qui existaient avant la réforme.

Bien sûr, on peut dire que nous avons renoncé à certains de nos acquis. Mais quand ces derniers sont nuisibles, il faut faire un choix

Patrice Talon

Et parlant de choix, le chef de l’Etat en a fait. Ce sont les différentes réformes qui suscitent remous au sein de la classe politique de l’opposition et au sein des organisations de la société civile.

2 commentaires
  1. fred dit

    Etait ce nécessaire de diminuer encore son pays devant des étrangers ? d’étaler son mépris ?
    apres le désert de compétence, la démocratie pagailleuse ?
    entre temps au bout de 5 ans, a t’il su nous convaincre des compétences voraces dont il s’est entouré ? non, alors comment pourrait il faire de notre démocratie une meilleure démocratie ?
    Perte de temps, en 2021 il faudra aller de l’avant mais changer radicalement de trajectoire en élisant quelqu’un de positif

  2. TOUTOUOLA dit

    Il redirigera le pays pendant 5 ans et c’est son droit le plus absolu. Si vous n’êtes pas content présentez-vous contre lui pour changer de trajectoire. Il ne suffit pas de le vouloir, il faut y aller!

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.