@Afrique Actuelle

Mali: «Si nous voulons survivre en tant qu’Etat, nous devrons nous remobiliser», Bah Ndaw

Investi président de la transition au Mali vendredi, le colonel à la retraite Bah Ndaw a donné un bref aperçu de ce qu’est devenu son pays, et le tableau peint par ce dernier n’est pas des plus beaux.

« La maison commune (le Mali, NDLR) est ébranlée, affaiblie, humiliée. Elle tremble dans ses fondements depuis au moins une décennie », a déclaré Ndaw lors de son discours d’investiture vendredi. « Oui, il ne faut pas avoir peur des mots : le Mali est ébranlé, piétiné, humilié. Ebranlé, Affaibli, humilié par ses propres enfants, par nous-mêmes, par personne d’autre que nous-mêmes », a souligné avec insistance le nouveau président mettant donc en exergue le gros chantier qui les attend, lui et tous les maliens.

A lire aussi: Mali – Transition politique: voici les premiers engagements du nouveau président

Il met en garde le peuple et toute ses composantes que « nous ne pouvons continuer, de manière incantatoire, à garder la tête dans le sable et à répéter sans chercher à empêcher le naufrage, à nous convaincre que le navire pourrait tanguer mais qu’il ne chavirerait jamais. Il peut chavirer et il chavirera si nous continuons à le faire tanguer ».

« Alors, si nous voulons survivre en tant qu’Etat, en tant que nation, nous devrons, sans perdre plus de temps, nous remobiliser. Il faut qu’au cours de cette transition, nous nous donnions la main, que nous réfléchissions profondément ensemble pour reconstruire notre démocratie, laquelle avait été jadis, une vitrine admirée », appelle le Colonel Ndaw.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.