@Google

Libye: voici ce qui ramènera la paix dans le pays, selon un diplomate pro-Haftar

Après sa démission annoncée par le Premier ministre libyen, un diplomate du gouvernement de l’est du pays, a déclaré jeudi qu’un conseil présidentiel devrait être formé d’urgence, rapporte l’agence russe Sputnik.

Fayez Al Sarraj a annoncé mercredi son intention de transférer les pouvoirs à une nouvelle autorité exécutive d’ici la fin octobre. Pour Aref Ali Nayed, un envoyé du gouvernement libyen basé à l’est, « le défi est pour le ‘Dialogue libyen’ qui est véhiculé par l’ONU à Genève de sélectionner rapidement un Conseil présidentiel et un Premier ministre ». Il poursuit son propos en proposant un chemin rapide pour atteindre ce objectif.

A lire aussi: Libye: le Premier ministre Fayez el-Sarraj annonce sa démission prochaine

 «La voie la plus rapide et la plus constitutionnelle et légale est la suivante: Créer un Conseil présidentiel composé de: De droit, le chef du Parlement et son adjoint, ainsi que le chef adjoint du Conseil d’État. Choisissez également un Premier ministre sur la liste des 14 noms contrôlés et approuvés au préalable par le Parlement en session plénière en septembre 2015 », a déclaré Aref Ali Nayed, l’ambassadeur de la Chambre des représentants du gouvernement basé à l’Est, aux États-Unis, au Royaume-Uni, dans l’Union européenne et dans l’Union africaine.

Le responsable a également noté que Sarraj avait accepté de remettre ses pouvoirs au nouveau conseil “après avoir statué pour un mandat présidentiel complet de cinq ans, sans être élu, et sans même être nommé par le Parlement dûment élu”. “L’ONU ne doit pas répéter l’erreur de défier la volonté de la législature élue libyenne. Les Libyens ont payé un prix tragique pour l’imposition de Sarraj en dehors de la liste initiale du Parlement”, a souligné Nayed.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.