Le président ivoirien Alassane Ouattara reçu par Emmanuel Macron à l'Elysée, le 31 août 2017. © REUTERS/Kamil Zihnioglu

Côte d’Ivoire – Candidature de Ouattara: l’opposition va se plaindre à Paris

En Côte d’Ivoire, des candidats de l’opposition ont, à tour de rôle, envoyé une lettre au président français Emmanuel Macron. Ils invitent le patron de l’Elysée à prendre position dans le débat politique de leur pays.

Le premier à se plaindre à Emmanuel Macron est l’ancien président de l’assemblée nationale ivoirien Guillaume Soro. Actuellement en exil à Paris, il a adressé une lettre ouverte à Emmanuel Macron, l’invitant à prendre une décision ferme contre Alassane Ouattara, qui s’est déclaré candidat à la présidentielle pour un troisième mandat. « La constitution…est en train d’être démolie », a-t-il déploré.

A lire Aussi :Présidentielle en Côte d’Ivoire : liste complète des candidatures enregistrées à la CEI

A travers cette démarche, Guillaume Soro semble avoir montré le chemin à suivre à ses aînés et candidats à la présidentielle au pays des Éléphants. Du haut de ses 86 ans et son expérience politique, le président du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Henri Konan Bédéi, a lui aussi, trouvé que le mieux à faire, est d’aller se plaindre à Paris. Estimant que la situation actuelle de la Côte d’Ivoire est très inquiétante à seulement deux mois de la présidentielle, le Sphinx de Daoukro, a, par le biais d’une lettre, invité Macron à intervenir pour que la Côte d’Ivoire ne sombre dans une nouvelle situation chaotique comme celle de 2011.

“Sa candidature est illégale”

“La dégradation du climat politique au pays va conduire à des troubles importants et la crise préélectorale peut déboucher sur une guerre civile sans précédent”, prévient le candidat du plus vieux parti de la Côte d’Ivoire. Il déplore notamment le silence de Macron face à la candidature d’Alassane Ouattara qui veut briguer un troisième mandat. « Sa candidature est illégale et tout le monde le sait. L’opposition s’en indigne et manifeste bruyamment.», a-t-il fait savoir.

A lire Aussi : Présidentielle en Côte d’Ivoire: « Nous avons le parrainage requis pour la candidature de Laurent Gbagbo »

«Votre silence est interprété, votre parole peut être décisive»

Après Guillaume Soro et Henri Konan Bédié, Affi N’Guessan, a lui aussi, interpellé le président français à travers une lettre pour la même cause. «Votre silence est interprété, votre parole peut être décisive», mentionne-t-il dans sa lettre.

Pour rappel, le président ivoirien Alassane Ouattara sera reçu par son homologue français cette semaine. Les deux chefs d’Etat vont déjeuner ensemble ce jeudi 03 septembre à Paris.

3 commentaires
  1. COOVY dit

    La bêtise africaine!
    L’opposition va se plaindre à ceux qui maintiennent l’imbroglio en Côte-d’Ivoire! Au lieu de prendre ses responsabilités pour mettre définitivement fin à la fameuse françafrique dans le pays!
    C’est vraiment dommage!

  2. soumaila dit

    pauvre cote d’ivoire, elle se retrouve obligée de demander l’autorisation de la france, tout ca parceque nou_s avons peur de verser notre sang pour nous debarrasser de nos dictateurs et mauvais dirigeants, le mali a montré la voix c’est la seule solution et le seul langage que comprennent les politiciens qui abusent de leurs position pour soumettre tout un peuple

  3. Yves dit

    Pourquoi aller se plaindre à Paris???. Bon ils ont quand même raison. C’est la France qui decide en lieu et place des africains. Honte à nous

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.