Paul Biya, président [email protected] médias

Cameroun: après Bouteflika, Compaoré et Béchir, est-ce le tour du vétéran Paul Biya?

Les camerounais sont sortis dans les rues pour manifester contre le régime en place et réclamer le départ du président Paul Biya.

L’annonce a été faite depuis plusieurs jours et les autorités camerounaises ont pris les dispositions militaires pour tenter de disperser les manifestants. L’opposant Maurice Kamto est le fer de lance de la manifestation qui a débuté mardi 22 septembre 2020 et qui a pour but, de déloger le président de longue date, Paul Biya du pouvoir.

A lire aussi: Cameroun: des manifestants anti-Biya gazés à Douala

En Algérie, le Hirak a réussi à faire abdiquer le tout-puissant Abdelaziz Bouteflika, au Burkina Faso, Blaise Compaoré a fui en Côte d’ivoire, ou encore au Soudan où les manifestations ont eu raison d’Omar El Bechir. Suffisamment d’exemples qui pourraient laisser croire que les manifestations du Cameroun pourraient ébranler le pouvoir en place depuis 39 ans.

Espoir ou utopie?

Cependant, le peuple camerounais est-il prêt pour vouloir un changement ? La question à plusieurs millions de dollars tant les camerounais ne semblent pas être dérangés par le fait que tout une génération n’a connue qu’un seul dirigeant. Mais comme les exemples donnés, il n’a fallu qu’une poignée de personnes dans les rues au début pour qu’à la fin, des centaines de milliers se voient en train de fêter la déchéance de tout un système.

Si Béchir, Compaoré ou encore Bouteflika ont fléchi face à la ferveur et la résilience de tout un peuple fatigué d’un système qui ne leur profite en rien, il n’est pas une utopie de penser que le président Paul Biya vit ses dernières heures de présidence. A moins donc, que les manifestations ne soient que passagères, le Cameroun pourraient entrer dans une nouvelle ère. Mais est-ce que le pays et prêt ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.