Bénin – Rentrée 2020-2021: ce qu’il faut retenir de la situation des aspirants

La situation des aspirants au métier d’enseignant a été abordée lors de la séance de négociation entre le gouvernement et les organisations syndicales. A l’issue des discussions, Anselme Amoussou, Secrétaire général de la Confédération des syndicats autonomes du Bénin (CSA-Bénin), a fait le point de ce qu’il convient de retenir de la situation de cette catégorie d’enseignants.

Pour la rentrée scolaire 2020-2021, rien de concret n’est encore annoncé sur la situation des aspirants au métier d’enseignant. Selon Anselme Amoussou, sur les points des revendications concernant cette catégorie d’enseignants, le gouvernement n’a pris aucun engagement lors des échanges. “La situation des aspirants en cours d’emploi, le complément de salaire à leur faire et leur prise en charge pendant les trois mois de vacances. Leur participation aux journées pédagogiques et le paiement des primes à leur profit: aucun engagement formel du gouvernement”, a-t-il précisé.

A lire aussi : Bénin: liste des correcteurs du test des aspirants au métier d’enseignant

Le gouvernement avait annoncé que le personnel enseignant non-agent permanent sera désormais géré par des agences de placement sous la supervision de l’Agence nationale pour les prestations aux établissements primaires publics (ANaPES) . Mais pour la rentrée prochaine, l’application de cette décision devra encore attendre. “Les aspirants actuellement en cours d’emploi seront reconduits s’ils le souhaitent et leur gestion sera poursuivie par l’Agence Nationale Pour l’Emploi (ANPE) pour le compte de la rentrée prochaine”, indique Anselme Amoussou, SG/CSA-Bénin.

La procédure de recrutement des agences de placement déclarée infructueuse

Le processus de recrutement des agences de placement du personnel enseignant non-argent permanent qui était déjà en cours a été suspendu. Selon une note de l’ANaPES, l’évaluation des dossiers de propositions en vue de la qualification des agences de placement n’a pu aboutir du fait de “l’insuffisance du nombre de structures de placement susceptibles d’être qualifiées pour la mission”.

1 commentaire
  1. Anonyme dit

    Qu’ils laissent les directeurs de collège de gérer cette catégorie d’enseignant.
    C’est mieux que d’injecter des millions à l’ANPE et ne pas penser à ceux qui sont en attente dans la base.
    Respectons le geste barrière où 50 au plus dans un endroit

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus