Mahougnon KAKPO, ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle © Présidence Bénin

Bénin: Mahougnon Kakpo justifie les 30 h de cours par semaine, attribuées aux aspirants

Le ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation technique, Mahougnon Kakpo, a animé ce mardi 30 septembre 2020, une conférence de presse à propos de la reprise des classes. A l’occasion, l’autorité ministérielle a abordé la question des 30 heures de cours par semaine et la bivalence imposées aux aspirants au métier d’enseignant dans les collèges.

Le Ministre Mahougnon Kakpo a justifié le bien-fondé des 30 heures de cours attribuées aux aspirants pour la rentrée scolaire 2020-2021. Selon les dires du ministre, il s’agit d’une mesure qui vient combler le déficit d’enseignants constaté dans plusieurs établissements publics, l’année dernière, et le choix porté sur les aspirants se justifie par leur nombre élevé. Il a également indiqué que cette mesure aura des retombées positives pour ces enseignants « En décidant d’élever la masse horaire à 30h, c’est un effort supplémentaire qui est demandé mais ceci n’est pas sans contrepartie de la part du gouvernement », a déclaré Mahougnon Kakpo.

A lire aussi : Baccalauréat 2020: Éléonore Yayi Ladékan et Mahougnon Kakpo lancent les épreuves à Houéyogbé

A en croire le ministre, plus de 4 milliards de FCFA ont été dégagés pour la prise en charge de la part sociale des aspirants au métier d’enseignant dans les collèges, qui seront désormais déclarés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). “En évoluant dans ce secteur d’activité, les enseignants pourront bénéficier à terme d’une retraite intégrale ou proportionnelle, cela dépendra du nombre d’années qu’ils exerceront dans la profession”, a-t-il expliqué.

Des primes d’éloignement en vue

Pour les enseignants aspirants qui seront affectés dans des zones éloignés, le gouvernement prévoit leur payer des indemnités d’éloignement. Ceux qui seront affectés dans les départements de la Donga, des Collines et le Borgou bénéficieront d’une prime d’éloignement de 5% de leur salaire et 10% pour ceux qui iront dans les départements de l’Alibori et l’Atacora.

1 commentaire
  1. Anonyme dit

    Des enseignants non déployés st là et vs parlez de combler le déficit?c’est ridicul il vaut mieux de dire qu’on ne veux recruter on vs comprendrai

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.