Benjamin Hounkpatin, Ministre de la Santé. @Présidence du Bénin

Bénin: l’hôpital de zone d’Abomey-Calavi épinglé pour rançonnements

La Commission Chargée du Contrôle des Structures de Prestations de Soins Médicaux a présenté les résultats de ses investigations sur des cas de rançonnement dans certains hôpitaux publics. L’hôpital de zone d’Abomey-Calavi fait partie des établissements sanitaires publics où des usagers ont été victimes d’actes de rançonnement de la part du personnel.

Dans la nuit du 14 au 15 juillet 2020, les parents d’un patient dans un état comateux suite à un accident de circulation, ont été victimes de rançonnements à l’hôpital de zone (CHUZ) d’Abomey-Calavi. Ils ont alors porté plainte via le numéro vert mis en place par le Ministère de la Santé. “Les investigations ont permis de relever des actes de rançonnement des usagers dans le service des urgences du CHUZ d’Abomey-Calavi et un manque de transparence dans les mouvements de l’ambulance de cet Hôpital”, a déclaré Blaise Ayivi, Coordonnateur de la Commission Chargée du Contrôle des Structures de Prestations de Soins Médicaux.

A lire aussi : Bénin: lancement des travaux de construction de l’hôpital de référence d’Abomey-Calavi

Le CHUZ d’Abomey-Calavi n’est pas la seule formation sanitaire publique concernée par les actes de rançonnement. Professeur Blaise Ayivi a également évoqué le cas de l’hôpital de zone de Bassila, où les sous indûment perçus ont été rétrocédés. “Deux agents de santé ont perçu sans donner de reçu, des frais d’utilisation de l’oxygène non dispensé. Ces deux agents en cause ont reconnu l’illégalité de leur acte et ont restitué la somme indûment perçue, estimant que c’était une erreur”, a-t-il fait savoir

Des actes qui salissent l’image des hôpitaux publics

Blaise Ayivi a invité les professionnels de la santé à mettre fin à ces genres d’agissements qui n’honorent pas les centres de santé publics. De toutes les façons, de tels actes ne resteront pas impunis. “Des propositions d’actions ont été faites à l’Autorité pour décourager à jamais ces comportements dans nos hôpitaux et autres formations sanitaires”, a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.