Logo du PRD, Parti du Renouveau Démocratique

Bénin – Le PRD désormais critique: subtile réponse du ministre Orounla à Houngbédji

Tout en étant membre de la mouvance au pouvoir, le parti du renouveau démocratique peut toujours donner de la voix face aux dérives. Le gouvernement lui en donne plein droit.

Le gouvernement de la rupture n’a jamais empêché les partis politiques qui le soutiennent d’avoir une opinion et de l’exprimer. Le ministre de la communication et des postes l’a encore rappelé en marge du compte-rendu du conseil des ministres en sa session du Mercredi 23 Septembre dernier.

A Lire aussi: Bénin ; Présidentielle 2021: le candidat du PRD bientôt connu

Interrogé par les professionnels des médias sur ce qu’il pense des déclarations du parti du Renouveau Démocratiques qui entend désormais donner de la voix pour appeler à la préservation de la paix et au respect des libertés, Alain Orounla affirme que le PRD ne s’est pas adressé au gouvernement.

Le porte-parole du gouvernement dans sa réponse a affirmé qu’il n’a pas entendu le président Adrien Houngbédji s’exprimer en ces termes.

Ce que j’ai relevé, c’est que le PRD a réaffirmé son appartenance à la mouvance présidentielle et c’est heureux même si on a laissé s’échapper quelques propos acerbes. Donc je n’ai pas eu le sentiment qu’il s’adressait au gouvernement

Alain Orounla

A en croire le ministre de la communication et des postes, le gouvernement ne peut que favoriser la liberté d’expression y compris au sein de sa mouvance.

“Chaque parti, chaque formation politique est libre de s’exprimer, d’émettre des réserves, des avis”

Alain Orounla

Pour Alain Orounla, le gouvernement n’est pas dans la logique de compliquer la tâche aux partis politiques. Mais le gouvernement fait plutôt la promotion des grands ensembles tels que portés par le président de la république qui souhaite que le pays sorte de l’émiettement des formations politiques qui ne rend pas service à la construction d’un Etat démocratique.

S’adressant aux responsables du parti du renouveau démocratiques, Alain Orounla les invite s’ils le souhaitent à travailler toujours en étant dans la mouvance à avoir des élus, à remplir les critères fixés par le code électoral.

Quelques propos de Me Adrien Houngbédji à l’université de vacances du parti

Si les responsables du Parti du renouveau démocratique ont déploré, au cours de leur université de vacances, l’injustice dont ils ont été victimes dans leur partenariat avec le pouvoir de la rupture, ils n’entendent pas néanmoins engager le parti dans l’opposition.

Seulement, dans son discours de clôture, Me Adrien Houngbédji a promis un changement de posture du parti.

Selon Me Adrien Houngbédji, le Parti du renouveau démocratique se prononcera désormais quand il s’agira de défendre la démocratie et l’état de droit.

A l’annonce de cette Université de Vacances, certains prophétisent une nouvelle saignée au PRD. Je leurs réponds, oui c’est possible ; mais nous recevrons aussitôt du sang neuf.

Le sang neuf de ceux qui seront heureux d’entendre nos mises en garde ; le sang neuf de nos appels à la préservation de la paix, de nos appels au dialogue ; de nos appels au respect des libertés, de nos appels au respect de l’état de droit, de nos appels au pluralisme contre la pensée unique, de nos appels au respect de la démocratie.”, a-t-il martelé.

L’intégralité du discours de clôture de Me Houngbédji

Ce jour aurait dû être un jour de liesse populaire, l’occasion d’une grande mobilisation, d’une grande fête, comme vous savez si bien l’organiser. En effet, nous célébrons aujourd’hui un anniversaire, le 30ème de notre parti, en même temps que nous sacrifions à une tradition vieille déjà de 10 ans, celle de notre Université de Vacances.

Je vous remercie chaleureusement pour tout ce que chacun de vous a pu faire, pour donner corps à cet événement, dans le respect des règles de distanciation sociale et des gestes barrières que nous impose la pandémie. Merci aussi à ceux qui ont fait le déplacement. Nous utilisons pour la première fois la vidéoconférence et notre site WEB. Au nom du Parti tout entier, je sollicite déjà l’indulgence de chacun, pour les imperfections techniques qui ne manqueront pas d’être observées.

Trente ans, c’est le temps qui sépare une génération d’une autre. Le PRD est donc un parcours collectif, qui à travers la génération présente, relie les générations futures aux générations passées.
Permettez-moi alors de saluer en ce jour anniversaire, la mémoire de tous nos compagnons disparus. A un moment ou à un autre de l’histoire de notre parti, chacun dans le rôle qui était le sien, a apporté sa pierre à la construction de l’édifice.

Je veux confondre dans le même hommage, notre bien aimé Président feu Moucharaf GBADAMASSI ; nos regrettés doyens, Salomon BIOKOU ancien grand chancelier des ordres nationaux, El-hadj Gafari BADIROU dit Baba Deen ; le ministre Tiamiyou ADJIBADE,nos regrettés Jean Pierre AGONDANOU, Firmin HODE, Jean-Baptiste HOUENOU ,Gata ALIMATOU épouse BIAOU, Jeannot AGOSSOU, Jean Marie ZINZINDOHOUE, le ministre Kamarou FASSASSI, , Ernest AKADJAME, Moulikatou da SILVA, le ministre Ismaël TIDJANI SERPOS, le ministre Timothée ZANNOU, l’honorable Augustine CODJIA, Fidèle ADEYE et tant d’autres, responsables et militants de base, qui méritent tous de figurer au panthéon de notre parti.
Je nous invite à observer une minute de silence en leur mémoire.

A Lire aussi: Bénin: le recadrage du ministre Alain Orounla aux leaders de la société civile

Chers amis
Je sais, pour avoir régulièrement suivi vos débats sur les réseaux sociaux, et pour avoir écouté les responsables de structures à différents niveaux, que vos préoccupations essentielles tournent autour de nos résultats aux dernières consultations électorales, et autour du devenir de notre grand parti.

C’est pourquoi nous avons choisi pour thème : le PRD 30 ans ; bilan et perspectives
Nos adversaires claironnent à longueur de journée, la disparition prochaine du PRD.
Je ne connais aucune œuvre humaine qui n’ait fini par disparaitre un jour ou l’autre. Dieu seul est éternel.

C’est donc avec humilité que je veux vous dire ce matin, avec humilité mais avec force et conviction, que le PRD, symbolisé par l’arc-en-ciel, le PRD ne périra pas.
Nous avons zéro ministre, zéro député, zéro maire, zéro conseiller. Nous l’avions prévu. Et parce que nous l’avions prévu et accepté d’avance, nous sommes sereins.
Sereins et présents !

J’en veux pour preuve l’organisation, efficace et à bonne date de ce séminaire et votre participation méthodiquement planifiée.
Grâce à la technique, vous êtes nombreux, sur tous les continents, je dis bien sur tous les continents, à suivre cet événement.
Nous sommes abreuvés de coups depuis 30 ans, mais nous sommes présents.

J’en veux pour preuve encore, la fidélité remarquable de nos vrais militants et de nos électeurs.
Les dernières élections nous ont privés d’élus ; elles n’ont pas réussi à nous priver de nos électeurs.

Elles devaient sonner comme un glas ; elles sonnent au contraire comme les trompettes de Jéricho.
Si nos adversaires ne pavoisent pas, c’est qu’ils ont compris que leur tir n’a pas fait mouche.

Avec cette Université de Vacances, c’est la REMONTADA qui commence.
Ceux qui nous ont combattus hier, sont les mêmes qui recherchent aujourd’hui notre aval.
Ceux qui nous combattent aujourd’hui, rechercheront demain notre aval.
Je le dis avec l’assurance d’un vieil homme qui aura tout vu et le contraire de tout

A l’annonce de cette Université de Vacances, certains prophétisent une nouvelle saignée au PRD. Je leurs réponds, oui c’est possible ; mais nous recevrons aussitôt du sang neuf.

Le sang neuf de ceux qui seront heureux d’entendre nos mises en garde ; le sang neuf de nos appels à la préservation de la paix, de nos appels au dialogue ; de nos appels au respect des libertés, de nos appels au respect de l’état de droit, de nos appels au pluralisme contre la pensée unique, de nos appels au respect de la démocratie.

Cela fait beaucoup de monde !
Chers amis, restez sereins et vous verrez ces choses là arriver une fois encore.

Nous sommes appelés à durer, parce que la cause est bonne. Et parce que la cause est bonne, nous sommes dans le cœur des gens ; nous sommes dans la mémoire des gens ; partie intégrante de leur histoire ; partie intégrante de leurs aspirations
Oui, le PRD ce n’est pas fini.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.