Bénin: “En politique, il n’y a que des partenariats de circonstance”, Patrice Talon à propos d’Ajavon

Le Président Patrice Talon fait la part des choses dans ses relations politiques. Dans un entretien accordé à Jeune Afrqiue, il parle d’amitié politique et de partenariats politiques.

Ceux qui jusque-là pensent que Sébastien Ajavon et Patrice Talon ont été des amis, peuvent désormais se détromper. Cela n’a jamais été le cas, si on s’en tient aux propos de Patrice Talon. “C’était un partenaire politique”, a-t-il répondu à la question de savoir si Ajavon avait été son ami. Il a également ajouté qu’en politique “il n’y a que des partenariats politiques”.

A lire aussi : Restitution de biens culturels: Patrice Talon insatisfait du projet de loi en débat à Paris

Dans l’univers politique béninois, Patrice Talon désigne des gens qu’il considère comme des amis politiques. C’est le cas, par exemple, de Bruno Amoussou et d’Adrien Houngbédji, qu’il reconnaît comme amis. “Bruno Amoussou et Adrien Houngbédji, par exemple, sont des amis”, a-t-il précisé.

Quid de l’état des relations entre Patrice Talon et Sébastien Ajavon?

Arrivé en troisième position lors de la présidentielle de mars 2016, Sébastien Ajavon a décidé de soutenir Patrice Talon au second tour de ce scrutin. Quelques mois après la prise de pouvoir, les relations entre les deux hommes se sont considérablement dégradées. Sébastien Ajavon a retiré son soutien au régime de Patrice Talon et s’est déclaré opposant, estimant que la gestion de son ex-allié politique ne répond pas aux aspirations du peuple.

A lire aussi : Bénin: tractations en cours pour réconcilier Patrice Talon et Sébastien Ajavon

Quelques temps après son retrait de la mouvance, Sébastien Ajavon a été impliqué dans une affaire de cocaïne. Après quelques jours de détention, il a été libéré au bénéfice du doute. Mais il n’était pas encore au bout de ses peines. La création de la Cour de Répression des Infractions Economiques et du Terrorisme (Criet) vient renforcer les soucis judiciaires de l’homme d’affaires. Il fut condamné par défaut à 20 ans d’emprisonnement ferme par cette nouvelle juridiction qui a statué sur le dossier en l’absence du mis en cause et de ses avocats.

Malgré la décision de la cour africaine des droits de l’homme et des peuples qui a demandé l’annulation de la condamnation de Sébastien Ajavon, sa situation est restée telle. Il a alors décidé de demander asile en France, où il résidait quelques semaines avant le verdict.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.