gaetane
Honorable Augustin Ahouanvoèbla Ph! visage du Bénin

Bénin – Des avantages de retraite aux députés et aux personnalités politiques: une loi en gestation?

Bientôt, plus de député ou de personnalité politique en situation difficile à la fin de sa carrière politique, apprend-on. C’est la proposition de loi initiée par le député d’Avrankou pour obtenir des avantages de retraite à cette catégorie de citoyens.

Bientôt, députés et personnalités politiques à la retraite seront à l’abri du besoin. C’est la philosophie de la loi initiée par le député Augustin Ahouanvoèbla, pour apporter une réponse aux difficultés dans lesquelles on rencontre certaines personnalités à la fin de leur mission au service de la république.

A Lire aussi: Bénin – Avant projet du budget du parlement: une étude en procédure d’urgence demandée par 16 députés

Selon « Les Pharaons », qui ont eu vent de cette proposition de loi en gestation, l’élu de la vingtième circonscription électorale prend déjà des attaches pour que cette proposition de loi soit adoptée avant la fin de l’année parlementaire en cours.

L’objectif de cette proposition de loi qui sera déposée dans les tout prochains jours sur le bureau du président Louis Vlavonou, selon son initiateur, est de mettre fin à la misère des députés et autres personnalités de l’Etat après la fin de leurs missions au service de la république.

Il aurait même déjà pris rendez-vous avec le président de l’Assemblée nationale afin de plaider et démontrer la pertinence de cette proposition de lois et obtenir l’adhésion de la deuxième personnalité de l’Etat, apprend-on de la même source.

Pour le député du Bloc Républicain, aucun texte n’organise actuellement la question de la retraite des députés et autres personnalités politiques. Or, sur les huit législatures post-conférence nationale, avance-t-il, certains députés ont pu totaliser six, voire sept mandats, soit 24 ans ou 28 ans pour le député qui est à sa septième expérience parlementaire.

Le parlementaire fait constater qu’il n’est pas rare de voir un député, qui, après avoir tout donné à la Nation, se retrouver au soir de sa vie à se déplacer même parfois sur taxi-moto, communément appelé « Zémidjan ».

C’est dans l’optique de corriger ces situations que l’élu du peuple a initié cette proposition de loi qu’il entend soumettre dans les tout prochains jours à ses collègues députés.

Une proposition de loi qui vient dans un contexte où les béninois pensent que les politiciens ont déjà trop d’avantages…

Au Bénin, les députés bénéficient de nombreux avantages qui coûtent une petite fortune à la caisse de l’État. Malheureusement, très peu de personnes savent avec exactitude ce que gagne un député en les représentant au Parlement. Cette ignorance est fortement confortée par les députés qui ne parlent presque jamais de ce qu’ils gagnent. 

Si la loi N° 2001-30 portant détermination des indemnités parlementaires et autres avantages dus aux Députés, membres de l’Assemblée Nationale, permet de se faire une idée sur ce que coûte un député aux contribuables béninois, c’est le professeur Joseph Djogbénou, alors député et président de commission, qui a finalement brisé l’omerta sur le sujet. C’était à travers une publication faite sur sa page Facebook.

Lire le contenu de la loi N° 2001-30 portant détermination des indemnités parlementaires

Lire la publication du professeur Joseph Djogbénou

A toutes fins, recevez la déclaration de ce que le contribuable me paie chaque mois, en ma qualité de député à l’Assemblée nationale et de président de la Commission des lois.

1°) Indemnités imposables

Indemnité de base : 813 000 

Indemnité d’électricité : 100 000

Indemnité de téléphone : 100 300
Indemnité compensatrice de fonctionnement de cabinet particulier : 256 000
Indemnité de sujétion : 88 956
Indemnité de logement : 205 000

Total : 1 563 924

2°) Indemnités non-imposables

Remboursement forfait de frais d’entretien et réparation de véhicule : 300 000
Frais de carburant : 400 000
Indemnité forfaitaire d’amortissement de véhicule : 500 000
Session : 25 000 par présence en session
Commission (25 000) par présence en commission

Non compris les retenues (IPTS, cotisations diverses et assurances)

NB : Je suis attributaire d’un véhicule de fonction en ma qualité de président de la commission des lois.

Très agréable journée

Joseph Fifamin Djogbénou

Les députés ont-ils vraiment besoin d’autres avantages dans le contexte social actuel? 

L’esprit dans lequel le professeur Joseph Djogbénou avait en son temps publié ce qu’il gagnait en tant que député était de faire toucher du doigt aux populations les avantages politiques.

Faut-il ajouter qu’au-delà de ces avantage, de par leur position, ces députés et autres personnalités politiques avaient des facilités pour leurs affaires, pour obtenir des marchés publics ou des facilités au sein de l’administration?

Si en dépit de tout ceci, au soir de sa vie, un député se retrouve à se déplacer sur taxi-moto, il aurait fait l’option de ne pas se prendre en charge ou aurait accumulé trop de charges qu’il pouvait éviter.

Par ailleurs, être députés ou personnalités politiques n’est pas une profession. La preuve, les acteurs politiques ou ceux qui s’activent pour le devenir du fait des facilités que la politique offre sont pour la plupart des cadres de l’administration ou même des opérateurs économiques, qui, une fois devenu député, bénéficie des avantages liés à ce poste pour leurs affaires. Des avantages que ne bénéficient pas forcement les autres opérateurs économiques non politiques.

A Lire aussi: Bénin : On en sait un peu plus sur la construction du nouveau siège du parlement

Il est tout à fait logique que, dans la république qui est la nôtre, des personnalités, qui ont eu à servir l’Etat à un niveau donné, doivent jouir de certains avantages et leur image doit être soignée puisqu’ils portent en quelque sorte la république.

Mais dans le contexte actuel, travaillons au rééquilibrage de la société, car trop de fausseté n’est pas toujours porteur de paix et le député ou la personnalité politique travaille avant tout pour la population.

Par ailleurs, les réformes politiques initiées par le président Patrice Talon permettent désormais aux acteurs politiques de se libérer de certaines charges.

En effet, pour justicier ce qu’ils bénéficient, certains députés estiment qu’il y a une grande part sociale dans ce qu’ils perçoivent puisqu’ils sont obligés de soutenir financièrement plusieurs électeurs.

L’argent étant désormais exclu du jeu politique, le député n’a aucune obligation de payer des frais de scolarité aux gens de son village à moins qu’il décide de faire parler librement son côté social.

En faisant le débat autour de cette proposition de loi à l’assemblée nationale, que les honorables députés aient une pensée à ces jeunes, qui, dépités de leur situation, ne trouvent d’autres recours que de se pendre ou de se jeter dans le puits pour ne plus être témoin de leur existence inutile.

2 commentaires
  1. Azanhouan dit

    S’il ne tient qu’à moi le député qui quitte sa fonction de député ne doit rien attendre de l’État il doit préparer sa retraite comme tout fonctionnaire de l’État
    L’initiateur de ce projet de loi doit savoir raison garder pour éviter de gaspiller l’argent du contribuable béninois

  2. Anonyme dit

    Tout à fait d’accord. Le député est un « élu » (s’il est vraiment élu) du peuple pour un temps. Être député n’est pas une fonction à vie. Donc si un député vient faire un mandat, le contribuable doit aussi lui payer de l’argent quand il aurait fini la mission qu’on lui a confié (mission que la plupart ne joue pas. Dès qu’ils mettent les pays là bas, le peuple qui les a élu test méprisé). Au moment où ils pensent à assurer leur retraite, les fonctionnaires qui ont cotisé toute leur vie pour s’assurer une retraite veulent en être privés. Et ce sont les mêmes députés qui vont voter ces lois là. Allez y comprendre les « élus de leur propre proche ». En tout cas

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.