Macky Sall, président séné[email protected] Suisse-Afrique

Après la Côte d’Ivoire et la Guinée, la fièvre du «troisième mandat» gagne le Sénégal

La question du troisième mandat présidentielle en Afrique continue de faire son petit chemin. Après la Côte d’Ivoire et la Guinée, le Sénégal pourrait être contaminé par la fièvre.

Telle une épidémie, le troisième mandat pourrait se rependre à travers la CEDEAO si rien n’est fait. On n’a pas fini de parler de la question en Côte d’Ivoire et en Guinée qu’elle pourrait faire des vagues au Sénégal. Lors d’une émission sur RFM, Aymérou Gningue, président du groupe parlementaire de la coalition au pouvoir, Benno Bokk Yakaar (BBY), a soutenu que le président de la république, Macky Sall avait lui, le droit de postuler pour un troisième mandat et que cela ne souffrirait d’aucun vice juridique.

A lire aussi: Sénégal: «Tous ceux qui parlent de troisième mandat sont des pyromanes», Ousmane Sonko

«Quand le Conseil constitutionnel a dit en 2012 que Abdoulaye Wade était candidat, les gens sont allés aux élections et ont fait le choix, en disant on va l’écarter. Comme juridiquement il est candidat, nous on va l’écarter. C’est pourquoi la question du 3e mandat peut se poser dans d’autres pays limitrophes, mais ça ne peut se poser au Sénégal ».

Aymérou Gningue

Pour lui, insiste-t-il donc, « juridiquement, il n’y a aucun doute qu’il peut (…) Juridiquement, il n’y a pas de problème, parce que moi aussi je lis les textes. Ce n’est même pas une question qui doit être posée, parce qu’elle a été déjà réglée ». Notons que le président sénégalais Macky Sall est réélu pour un mandat de cinq ans lors de l’élection présidentielle de 2019 et donc, que, pour le moment, il ne devrait pas se préoccuper de la question.

1 commentaire
  1. Wakh deugue dit

    N’insultez pas Macky en le comparant au vieux finissant manipule par un fils doywar et une epouse doytool

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.