@AP

Tunisie : le Premier ministre menace de former un gouvernement sans politiciens

Alors que la classe politique tunisienne se bat pour le nombre de poste ministériel dans le prochain gouvernement, le nouveau Premier ministre désigné a déclaré lundi qu’il formerait un gouvernement purement technocratique, rapporte Reuters.

L’annonce d’Hichem Mechichi de former un gouvernement avec des technocrates au lieu de politiques fait suite aux querelles entre les partis politiques sur la formation de la prochaine administration du pays. Mais, le PM n’aura pas la tâche facile car il devra se confronter au parti islamiste modéré Ennahda, le plus grand groupe politique au parlement, qui a annoncé qu’il s’opposerait à la formation d’un gouvernement apolitique.

Cependant, la proposition d’un gouvernement de technocrates indépendants sans partis politiques gagnera le soutien du puissant syndicat UGTT et de certains autres partis, dont Tahya Tounes et Dustoury el Hor. Mechichi a déclaré que le gouvernement se concentrerait principalement sur les difficultés sociales et la faiblesse de l’économie, expliquant que «si le différend politique se poursuit, certains Tunisiens n’ont pas trouvé d’eau potable».

Crise persistante

Des manifestations ont éclaté dans l’intérieur du pays cette année en raison du chômage généralisé, du manque de développement et de la médiocrité des services publics en matière de santé, d’électricité et d’eau. Mechichi, qui a été proposé par le président Kais Saied le mois dernier pour succéder à Elyes Fakhfakh, a déclaré que sa priorité serait également de sauver les finances publiques en difficulté.

Fakhfakh a démissionné en raison d’allégations de conflit d’intérêts. La Tunisie a du mal à relancer son économie effondrée depuis une révolution de 2011 qui a mis fin au règne de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali et déclenché le printemps arabe. Mechichi, 46 ans, indépendant, a besoin ce mois-ci de former un gouvernement capable de remporter un vote de confiance au parlement à la majorité simple, sinon le président dissoudra le parlement et convoquera une nouvelle élection.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus