Le roi de Savè reçu par Talon Ph: PR du Bénin

“Pas besoin de consulter Ifa pour savoir que j’ai intérêt que Talon fasse son second mandat”, le roi de Savè

Après la cour royale d’Abomey, c’est celle de Savè qui s’invite dans la danse, par la voix du roi Adetutu Onishabè, invitant le chef de l’Etat, Patrice Talon, à se porter candidat pour un second mandat.

Le roi de Savè, Oba Adetutu Akinmu Onishabè, est favorable pour un second mandat du président Patrice Talon. Il vient ainsi d’emboîter le pas à la cour royale d’Abomey qui s’est aussi prononcée favorablement, il y a quelques jours, pour un nouveau mandat de l’actuel locataire du palais de la Marina.

Pour soutenir sa position, le roi Oba Adetutu Akinmu Onishabè s’appuie sur la constitution de Décembre 1990 révisée par la loi N° 2019-40 DU 07 NOVEMBRE 2019 qui institutionnalise la chefferie traditionnelle.

“Selon l’article 151-1 de la constitution de Novembre 2019, rappelle le roi de Savè, “l’État reconnait la chefferie traditionnelle gardienne des us et coutumes dans les conditions fixées par la loi.” C’est en se fondant sur cette reconnaissance qu’il estime avoir l’autorité de se prononcer sur la candidature du président de la République.

En tant que Chef Traditionnel, je n’ai pas besoin de consulter Ifa pour savoir que j’ai grand intérêt que Patrice Talon fasse son second mandat“, affirme-t-il, selon des propos rapportés par notre source

Les appels à un second mandat se multiplient…

A moins de huit mois de l’élection présidentielle de 2021, les appels pour un second mandat du président de la République se multiplient, face au mutisme du président Patrice Talon lui-même qui avait, en son temps, affirmé qu’il aviserait.

Chefs traditionnels, prêtres du fâ, jeunes regroupés dans des mouvements de soutien; tous convergent vers l’idée de voir l’actuel locataire du palais de la Marina briguer un nouveau mandat pour poursuivre l’oeuvre de construction de la république, entamée depuis 2016.

Des appels qui ne tombent pas dans des oreilles de sourds et qui certainement trouveront réponse, les jours à venir. Le président Patrice Talon accueillera-t-il favorablement l’appel qui lui est lancé ou restera-t-il fidèle à son désir de ne faire qu’un seul mandat à la tête du pays? Le chef de l’Etat a sans doute son agenda pour situer l’opinion par rapport à ces préoccupations.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.