Militaires Maliens @Mali Vox

Mali : les efforts de paix entravés par de hauts gradés de l’armée (ONU)

Des experts des Nations Unies ont accusé des hauts responsables maliens de l’armée et du renseignement d’avoir délibérément fait obstruction à un accord de paix de 2015, initialement conçu pour réduire la violence dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest déchiré par la guerre.

Les révélations figurent dans un rapport d’experts remis au Conseil de sécurité de l’ONU le 7 août, et qui intervient lors d’une crise politique purulente dans l’Etat du Sahel. Le Mali est actuellement en proie à une impasse politique entre le président Ibrahim Boubacar Keita et un mouvement d’opposition strident qui insiste sur sa démission. Mais une grande partie de la colère populaire dans ce pays pauvre peut être attribuée à son conflit de huit ans, qui a d’abord éclaté dans son nord agité. Les rebelles touareg ont capturé une grande partie de la région en 2012, déclenchant une guerre qui a depuis été prise en charge par les djihadistes et s’est étendue au centre du Mali, tuant des milliers de civils et de soldats.

Mais, selon le rapport de l’ONU, les hauts responsables de la sécurité dans le pays ont «menacé et retardé» un accord de paix clé que beaucoup considèrent comme l’une des rares voies de sortie du cycle de violence au Mali. Négocié à Alger en 2015 entre plusieurs groupes armés et le gouvernement malien, l’accord prévoyait le retour des rebelles dans l’armée nationale, entre autres mesures. Cependant, sa mise en œuvre traîne depuis des années, malgré la pression internationale pour qu’elle soit appliquée. Le rapport a souligné «la méfiance, le fardeau et la confusion» causés par le décalage entre les déclarations et les actions du gouvernement.

Tactiques de retard

Les experts de l’ONU ont nommé l’ancien chef d’éEtat-major de l’armée, Keba Sangare, comme l’un des hommes responsables de l’échec de l’accord, notamment pour «prise de décision douteuse» lors d’un redéploiement de troupes prévu depuis longtemps. L’accord d’Alger prévoyait que les troupes maliennes, réoccupant les villes du nord, soient formées en bataillons mixtes de soldats réguliers, d’anciens rebelles et de miliciens pro-gouvernementaux. Mais lors de la préparation du processus l’année dernière, certains anciens rebelles ne se sont pas vu attribuer des unités, et d’autres se sont vu attribuer par erreur des unités dans le sud, ce qui a entraîné des mois de retard.

D’un autre côté, l’armée n’a pas fourni de moyens de transport à un groupe de soldats lors d’un voyage de service dans le nord en septembre de l’année dernière, les exposant à “des risques de sécurité majeurs”, selon le rapport. Vingt de ces soldats ont été enlevés dans un bus public et sont toujours portés disparus. Quatre autres ont été arrêtés par les forces de sécurité au Burkina Faso voisin, mais relâchés cette année. “Les enlèvements et les détentions … ont marqué le début des erreurs de planification du gouvernement et des tactiques dilatoires”, indique le rapport. Sangare a ensuite été limogé pour n’avoir pas réussi à arrêter un massacre dans le village peul d’Ogossagou, dans le centre du Mali, le 14 février.

Ce village avait déjà été pris pour cible en mars 2019, lorsque 160 personnes ont été tuées dans une attaque présumée à motivation ethnique. Des troupes maliennes ont été déployées dans le village après le premier massacre. Mais dans un geste fatidique, ils ont quitté la région quelques heures avant l’attaque de février. Une unité de remplacement n’a pas réussi à atteindre le village avant que quelque 35 résidents sans défense aient été tués. Sangare, le commandant militaire du centre du Mali, a été “appelé à plusieurs reprises et a reçu des messages l’informant de la menace”, indique le rapport. Il avait également donné «une fausse assurance à sa hiérarchie» que les troupes ne quitteraient pas le village avant l’arrivée des remplaçants.

Ingérence du renseignement

Les services de renseignement maliens ont également été critiqués par les experts de l’ONU pour leur rôle présumé dans la recherche d’affaiblissement de l’accord de paix de 2015. Les experts de l’ONU ont déclaré que les services de renseignement maliens étaient devenus le “vecteur institutionnel” d’une “stratégie non officielle visant à faire obstacle par un retard prolongé à la mise en œuvre de l’accord”. L’une des méthodes décrites par les experts comprenait le financement d’individus au sein d’une alliance majoritairement touareg de groupes armés – qui avait signé l’accord de paix de 2015 – pour favoriser les groupes dissidents.

Les agents du renseignement ont également “alimenté les divisions internes” au sein de l’autre principal signataire de l’accord d’Alger, l’alliance des groupes armés connue sous le nom de Plateforme, selon le rapport. Le président Keita, qui est arrivé au pouvoir pour la première fois en 2013, subit une pression croissante pour résoudre le conflit djihadiste au Mali. Mardi, des milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale Bamako pour exiger sa démission.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus