@RFI

« l’Occident … gère le conflit et ne veut pas y mettre fin», les révélations de Khadafi sur la crise libyenne

Un membre de la famille de l’ancien dirigeant libyen, Mouammar Kadhafi, a accusé l’OTAN et le Conseil de sécurité de l’ONU d’être responsables de la crise politique et des luttes en Libye, rapporte le MEMO.

S’adressant à l’agence de presse russe Spoutnik, le responsable politique du Front national de lutte libyenne, Kadhafi Al Dam Kadhafi, qui est le cousin du défunt dirigeant libyen, Mouammar al Kadhafi, a déclaré que «ce qui s’est passé en Libye est basé sur un mensonge, et ce qui est construit sur le mensonge est nul». Selon lui, l’OTAN «a détruit un pays qui était une soupape de sécurité en Méditerranée du côté nord-africain». Il estime également que les politiciens libyens mis en place par «les missiles de l’OTAN ne sont pas légitimes, car les missiles ne donnent de légitimité à personne».

Cette dernière remarque fait allusion au Gouvernement de Tripoli mis en place par l’ONU après l’assassinat de Kadhafi. «Les pays occidentaux essaient d’avoir leurs agents pour contrôler la Libye parce que le système juridique en Libye n’a pas été renversé par les Libyens. Le système juridique, la police, l’armée, les services de sécurité, les écrivains, les journalistes et les tribus ont résisté à l’OTAN et à ses alliés, de sorte qu’ils ont été écartés du pouvoir », a révélé Al Dam Kadhafi.

L’Occident ne veut pas résoudre le problème … Il gère le conflit

Kadhafi Al Dam

Il a affirmé que le gouvernement de Tripoli “ne sera pas en mesure de diriger un pays” parce que sa “loyauté va à l’Occident et non à la patrie”, arguant que ses fonctionnaires “sont venus dans une frégate sous protection étrangère”. L’homme soutient également que Al Sarraj et son équipe n’avaient aucune idée de la manière de gérer la Libye, car, étant composé d’expatriés qui n’avaient pas vécu dans le pays depuis des années. “L’Occident”, a-t-il dit, “ne veut pas résoudre le problème … Il gère le conflit et ne veut pas y mettre fin.”

L’ancien responsable libyen, qui vit au Caire, a annoncé son soutien au commandant libyen, Khalifa Haftar, et à son armée. Récemment, le gouvernement de Tripoli, soutenu par la Turquie, a mis fin à une attaque d’un an contre la capitale par l’armée de Haftar, qui est ouvertement soutenue par un certain nombre de pays arabes, dont l’Égypte et les Émirats arabes unis, et par la Russie, la France et l’Italie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.