@Reuters

Liban – Explosions de Beyrouth : “Pendez-les à la potence”, le peuple très en colère

Les forces de sécurité libanaises ont tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des dizaines de manifestants anti-gouvernementaux irrités par une explosion cataclysmique largement considérée comme l’expression la plus choquante à ce jour de l’incompétence de leur gouvernement.

Les échauffourées dans le centre de Beyrouth ont eu lieu jeudi soir dans une rue ravagée menant au parlement, l’épave de l’explosion de mardi jonchant toujours toute la zone. Au moins 149 personnes ont été tuées et plus de 5 000 autres blessées dans l’explosion qui a détruit des quartiers entiers de la capitale. Les manifestants ont déclenché un incendie, vandalisé des magasins et lancé des pierres sur les forces de sécurité, selon l’agence nationale de presse. La police a répondu avec des gaz lacrymogènes pour disperser la foule, petite mais clairement furieuse, blessant certains manifestants, a déclaré la NNA.

Un autre grief au milieu de la crise économique

De nombreux Libanais bouillaient de colère face à une explosion qu’ils considèrent comme l’expression la plus choquante à ce jour de l’incompétence de leurs dirigeants. Les autorités libanaises ont déclaré que l’explosion avait été déclenchée par un incendie qui avait enflammé 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium stockées par négligence dans un entrepôt du port de Beyrouth depuis 2013. Cela a soulevé la question de savoir comment une telle cargaison de la substance hautement explosive aurait pu être laissée non sécurisée pendant si longtemps. L’explosion est survenue alors que le Liban était déjà à genoux dans sa pire crise économique depuis la guerre civile de 1975-1990.

Cela s’ajoute aux doléances d’un mouvement de protestation qui a émergé en octobre pour exiger le retrait d’une classe politique jugée inepte et corrompue. Les militants ont appelé à une grande manifestation anti-gouvernementale samedi, un événement qu’ils ont intitulé “Pendez-les à la potence”. Les échauffourées de jeudi ont éclaté lorsque l’ambassadeur du Liban en Jordanie a démissionné, affirmant que la «négligence totale» des autorités du pays signalait la nécessité d’un changement de direction. C’est la deuxième démission de ce genre après l’explosion de mardi, après que le législateur Marwan Hamadeh a également démissionné mercredi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus