Zara Larsson à Santa Monica, en Californie, en octobre 2019 - Michael Tran - Getty Images North America - Getty Images Via AFP

La star suédoise Zara Larsson arrête sa collaboration controversée avec Huawei

La star suédoise a rompu son contrat avec le géant chinois des télécoms, accusé d’espionnage. “Je défends les droits de l’Homme”, déclare-t-elle.

La star suédoise Zara Larsson a annoncé mardi avoir rompu sa collaboration controversée avec le géant chinois des télécoms Huawei pour lequel elle faisait de la publicité, affirmant «ne pas vouloir soutenir» ce que fait la Chine. «Ce n’était pas le deal le plus intelligent de ma carrière (…) Je défends les droits de l’homme», a affirmé la chanteuse lors d’une émission de la télévision TV4, après de nouvelles critiques contre son partenariat.

L’artiste de 22 ans a «mis fin à la collaboration, il y a quelques mois», a-t-elle assuré. En avril 2019, Zara Larsson avait entamé un partenariat avec Huawei afin de faire la promotion du lancement de leur dernier téléphone portable. Le géant des télécoms avait négocié la même collaboration avec une autre star suédoise, la championne olympique de natation Sarah Sjöström.

Polémique en Suède

Interrogée à l’époque par le magazine Resumé sur les accusations d’espionnage pesant sur Huawei, Zara Larsson avait rétorqué qu’elle n’était pas «spécialement informée» sur le sujet et qu’elle se «concentrait sur le produit». «Le reste ne m’embête pas plus que ça», avait-elle ajouté. Ces déclarations ont par la suite alimenté les critiques à l’égard de la chanteuse suédoise, dont les plus grands tubes ont été streamés plus de 5 milliards de fois, l’accusant de promouvoir les intérêts du régime communiste chinois.

Dans une tribune publiée mardi par le tabloïd Expressen, Matilda Ekeblad, une élue locale du parti conservateur des Modérés, avait accusé l’artiste de «jouer le jeu de la Chine», en pointant les accusations d’espionnage ou encore la «répression de la communauté ouïghour et de Hong Kong par la Chine». Interrogée mardi par TV4, Zara Larsson a assuré ne pas «soutenir la Chine». «Nous savons tous que la Chine n’est pas un Etat gentil, et je n’ai pas envie de soutenir ce qu’ils font», a-t-elle dit, affirmant qu’elle aurait voulu prendre position sur les Ouïghours, Tik Tok ou Hong Kong mais qu’elle s’était sentie «freinée» par sa collaboration avec Huawei.

Révélée mondialement par son tube Uncover, puis par ses collaborations avec le DJ français David Guetta, la chanteuse est l’une des artistes suédoises les plus connues à l’étranger.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus