Photo by EPA-EFE/KCNA

La Corée du Nord lance une attaque contre le Conseil de sécurité des Nations Unies

La Corée du Nord a lancé cette année des cyberattaques contre des membres du Conseil de sécurité des Nations Unies, a déclaré un groupe d’experts dans un rapport inédit, rapporte Asian Review.

Au moins 11 responsables dont six membres du Conseil de sécurité ont été visés par une campagne de harponnage, conçue pour extraire des informations d’individus spécifiques, dirigée par l’agence de renseignement nord-coréenne en 2020. Cette révélation a été faite dans un projet de rapport soumis au Conseil de sécurité de l’ONU. Les attaquants avaient envoyé des messages à leurs cibles en utilisant Gmail et WhatsApp, se faisant passer pour de tierses personnes. Le projet de rapport, qui devrait être publié dès le mois prochain, décrivait également les moyens par lesquels la Corée du Nord contournait les sanctions de l’ONU.

Le pays a acquis illicitement des actifs virtuels tels que des crypto-monnaies pour générer des revenus sous les sanctions, bien que l’on ne sache pas exactement comment Pyongyang les encaisse. Il continue d’envoyer des ouvriers en Russie et en Chine pour gagner des devises. Les articles soumis à des restrictions font toujours leur entrée et leur sortie de la Corée du Nord. Les exportations de charbon nord-coréen se sont arrêtées de fin janvier à fin mars en raison de l’épidémie de coronavirus, selon le rapport. Mais ils ont depuis recommencé à utiliser des transferts illégaux de cargaison de navire à navire en mer. Au moins 32 navires ont quitté les ports nord-coréens transportant du charbon le 7 mai, dont une grande partie s’est retrouvée en Chine.

Sanctions ou pas sanctions

La Corée du Nord a reçu entre 600 000 tonnes et 1,6 million de tonnes de produits pétroliers, bien au-dessus de la limite annuelle de 500 000 tonnes, selon le rapport. Le pays a acquis des combinaisons de matières dangereuses produites par les sociétés américaines 3M et Dupont, qui ont été vues sur les travailleurs de la quarantaine dans des images de mars de la télévision centrale coréenne de l’État. Les deux sociétés “ont souligné qu’elles respectaient la législation nationale et n’exportaient pas leurs produits vers des pays sanctionnés”, selon le rapport.

Le coronavirus a limité les opportunités de la Corée du Nord d’importer des produits de luxe au premier semestre. Mais il existe des preuves indiquant des efforts pour importer des limousines Mercedes-Benz Classe S, ainsi que la présence de véhicules Audi et Lexus. Le rapport indique également que la Corée du Nord a “probablement développé des dispositifs nucléaires miniaturisés” qui peuvent être montés sur ses missiles balistiques lors de ses six derniers tests. Le pays continue de produire de l’uranium enrichi et de construire un réacteur à eau légère.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.