Le leader nord-coréen Kim Jong-un

Kim Jong-Un ordonne aux Nord-Coréens de donner leurs chiens pour qu’ils soient mangés

Le président Kim Jong-un ordonne aux Nord-Coréens de remettre leurs chiens de compagnie. Certains animaux sont envoyés dans des zoos d’État ou vendus à des restaurants de viande de chien.

Depuis le mois de juillet, posséder un animal de compagnie en Corée du Nord est illégal. Pour Kim Jong-Un, le dirigeant nord-coréen, avoir un chien est le symbole d’une “tendance corrompue de l’idéologie bourgeoise”, une forme de “décadence” occidentale.

Selon le Dailymail, les autorités coréennes ont donc identifié «les ménages avec des chiens et les obligent ensuite à les abandonner ou alors les animaux sont confisqués de force pour être abattus». “Les autorités ont identifié des ménages avec des chiens de compagnie et les forcent à les abandonner. Sinon, ils les confisquent de force pour les abattre”, a déclaré une source au journal sud-coréen Chosun Ilbo. “Certains animaux sont envoyés dans des zoos gérés par l’État ou vendus à des restaurants de viande de chien”.

Pénurie alimentaire

Mais la propagande du gouvernement de Kim Jong-Un pour démonter le style de vie occidental ne serait qu’un prétexte. Les propriétaires des animaux de compagnie redoutent que ces derniers ne soient utilisés par l’Etat afin de résoudre le problème des pénuries de nourriture en Corée du Nord.

Selon l’ONU, jusqu’à 60% de la population nord-coréenne ferait face à des pénuries alimentaires généralisées depuis les sanctions internationales imposées par les États-Unis en réponse aux programmes de missiles nucléaires. Résoudre la pénurie alimentaire grâce à la viande de chien serait une solution rapide et peu coûteuse pour le pays.

La péninsule de Corée est depuis longtemps une zone ou la viande de canidé est considérée comme un mets délicat. Si la tradition de manger des chiens s’estompe peu à peu, des centaines de milliers de chiens sont élevés chaque année dans des fermes pour être consommés.

Selon un récent rapport de l’ONU, jusqu’à 60% de la population nord-coréenne fait face à des pénuries alimentaires généralisées. En effet, l’Etat asiatique est mis à rude épreuve face aux sanctions internationales imposées contre le régime de Kim Jong-Un et ses programmes de missiles nucléaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.