Guillaume Kigbafori Soro, ancien député ivoirien et président du mouvement [email protected]Œil d'Afrique

Côte d’Ivoire – Purge à la CEI: après Gbagbo et Blé Goudé, le tour de Guillaume Soro?

En Côte d’Ivoire, la Commission électorale indépendante  poursuit la purge du fichier électoral, qui servira de base de données pour la présidentielle du 31 octobre 2020.

Les nouvelles venant de la Commission électorale indépendante (CEI) ne sont pas bonnes pour des figures de proue de la politique ivoirienne, à trois mois de la présidentielle. Après le retrait de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, c’est autour de Guillaume Soro de perdre son droit de vote.

En attendant que Générations et peuple solidaire (GSP), son parti politique, ne confirme son expulsion du fichier électoral, il est de plus en plus évident que le député de Ferké subisse le même sort que Gbagbo et Blé Goudé. Et pour cause, l’instance électorale a justifié les retraits par des peines de prison infligées aux deux personnalités sus-citées.

Trois raisons pour radier de la liste électorale

Pour Ibrahime Coulibaly Kuibiert, il y a trois principales raisons pour expulser un citoyen du fichier électoral. « On vous radie de la liste électorale, soit parce que vous êtes décédé, soit parce vous avez été condamnés, soit parce que vous avez été déchu de vos droits civiques et politiques », a expliqué le président de la CEI.

Se basant sur ces détails, Guillaume Soro, condamné à 20 ans de prison et privé de ses droits civiques et politiques ne devrait pas y figurer sauf entorse à la loi. Pour l’heure, les proches de l’ancien premier ministre exilé à Paris entretiennent un mythe sur sa présence dans le fichier. Depuis Paris, il réitère sa candidature à la succession d’Alassane Ouattara.

Pour rappel, Laurent Gbagbo a été retiré en raison de sa condamnation à 20 ans de prison ferme dans l’affaire dite “braquage de la BCEAO” et Charles Blé Goudé, pour avoir écopé de la même peine pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre lors de la crise post-électorale de 2010-2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.