Alassane Dramane Ouattara, Président [email protected] af mobile

Côte d’Ivoire – Candidature de Ouattara : « que la paix aille mourir à la guerre »

Le président de la république de Côte d’Ivoire Alassane Ouattara a annoncé jeudi son intention de briguer un troisième mandat à la tête du pays. Une annonce qui n’a surpris personne et montre les talents médiocres de scénariste d’un homme politique sous pression.

La décision de Ouattara de se présenter à la présidentielle d’octobre 2020 en Côte d’Ivoire est passée comme une annonce ordinaire en Côte d’Ivoire et dans le reste du monde. Tout le monde ou presque, s’y attendait comme on attend un dimanche la veille ; c’était inéluctable. La machination orchestrée par le président et ses proches était un peu trop mal peaufinée si bien que même un piètre observateur aurait pu déceler le piège. Ouattara savait dès le départ qu’il serait candidat, en tout cas, depuis le décès de son poulain. Le reste du cinéma qui a suivi, n’était que pour distraire l’opinion sauf que ça n’a pas vraiment fonctionné.

Toutefois, le voilà candidat alors qu’il semblait très convaincant quand il annonçait plus tôt, son intention de ne pas revenir car étant disposé à laisser la place à une nouvelle génération, une plus jeune. Il va sans dire, que dans toute la côte d’Ivoire, « la seule nouvelle génération de politiques », c’était Gon Coulibaly. Gon parti, la fameuse nouvelle génération n’existe donc plus. Ouattara se moque plutôt de ses partisans en revenant. Il conforte de par son geste, la réflexion selon laquelle le seul lien qui maintien encore le RHDP debout, eh bien, c’est lui-même. Pas d’idéologie, pas d’ambition réelle, il n’y a que Ouattara qui compte.

Le mandat de trop

« Je peux vous assurer que cette décision mûrement réfléchie est un devoir que j’accepte dans l’intérêt supérieur de la nation », a déclaré Ouattara dans son discours jeudi à la nation. Certes s’il est élu président, il le devient pour tous les ivoiriens et on peut faire aussi part du fait que Ouattara en dix ans aura fait ce qu’il peut pour la Côte d’Ivoire. Cependant, il a prononcé un discours qui va à l’encontre de ce qui est le principal objectif actuel du pays, la Paix et la réconciliation. Ouattara s’est comporté comme le seul, homme politique et citoyen ivoirien, capable de diriger le pays en ce moment et de ramener la paix. C’est de bonne guerre quand il est question de ses adversaires. Mais qu’en est-il de ses propres « collaborateurs » du RHDP. Grosse question.

Selon plusieurs observateurs, si en deux mandats le président n’est pas arrivé à fédérer la Côte d’Ivoire et à en faire une nation sincèrement réelle, il est dans l’ordre des choses qu’il rende le tablier afin qu’une autre personne fasse le travail. En fait, le problème n’est pas qu’il soit candidat ou pas, le problème est qu’il amplifie les frustrations en se présentant « pour un troisième mandats ».

Tant que Ouattara sera au pouvoir, la Côte d’Ivoire ne sera jamais unie ; car il fait partie du problème qu’il dit vouloir régler.

Ouattara « est » le camp des vainqueurs de la guerre de 2011, il va sans dire qu’on ne peut être à la fois juge et partie. Par conséquent, pour la paix et la réconciliation en Côte d’Ivoire, ce « troisième » mandat serait de trop. Et comme le dit l’artiste burkinabé Smarty, « que la paix aille mourir à la guerre, pourvu qu’il y ait une tête qui soit couronnée roi ».

2 commentaires
  1. Wezepe5 dit

    Ao ! Gon coulibaly a gagné un cadeaux empoisonné, qui la fait partie au pays du grand repos. <> gon dans la tombe.

  2. Wezepe5 dit

    Si le president savait qu’il allait passer la main à la jeune generation , après gon il ya d’autres son parti .

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus