Aurelien Agbenonci @ Le Mag Afrik

Bénin: les chefs de chancellerie en fin de mission, invités à la prolongation

Par courrier en date du 2 Juillet 2020 et par souci de rationaliser la gestion des effectifs dans les postes diplomatiques et consulaires, le Bénin avait mis fin à la mission de certains Chefs de chancellerie. Mais, à travers une note prise ce mercredi 26 août 2020, ils sont invités à jouer à la prolongation en attendant de nouvelles instructions.

Les Chefs de chancellerie de Paris, Tokyo, Washington, Riyad, Doha, Koweït-City, Abuja et Rabat peuvent poursuivre leur mission diplomatique en attendant d’avoir de nouvelles instructions de la part de leur ministère de tutelle.

A Lire aussi: Bénin: rentrée diplomatique 2018-2019, le MAEC annonce des réformes innovantes

C’est du moins l’information qui leur est parvenue ce mercredi 26 Août 2020, du ministère béninois des affaires étrangères et de la coopération. En effet, à travers une note, le secrétaire général dudit ministère, Hervé Djokpé, a notifié aux chefs de chancellerie que le ministère les autorise à poursuivre leur mission en attendant de nouvelles instructions.

Selon le contenu de la note de service exploitée par “Nouvelle Tribune”, cette décision de les laisser poursuivre momentanément la mission a été prise dans le but d’assurer la continuité de la gestion financière des postes.

Selon cette note de service adressée aux chefs de mission diplomatique et consulaire du Bénin à Abuja, Lagos, Rabbat, Moscou, Paris, Beijing, Tokyo, Doha, La Havane, Washington, Riyad et au Koweit City, le processus de mise en place du mécanisme de gestion administrative et financière des Postes diplomatiques et consulaires est en cours de finalisation.

Les explications d’Agbénonci sur les mutations de la carte diplomatique

Les réformes mises en oeuvre par le gouvernement du président Patrice Talon au niveau de la carte diplomatique ne sont pas bien perçues par beaucoup d’acteurs politiques, qui ont très tôt crié à l’isolement diplomatique du pays.

En réaction à ces positions, le ministre Aurélien Agbénonci avait apporté des explications sur le choix du gouvernement. Reçu su la chaîne nationale dans l’émission « Le temps des moissons », le chef de la diplomatie béninoise analyse les changements opérés au niveau de la carte diplomatique du Bénin comme un allègement et un renforcement de celle-ci.

 A l’en croire, la mutation au niveau de la carte diplomatique est une option de rationalisation du personnel. Dans son explication, il transparaît qu’avec la modernité et l’apparition du numérique dans tous les secteurs d’activité, les options doivent suivre le mouvement. « On ne peut pas utiliser les ressources du XVIIème siècle pour affronter le XXIème siècle« , avait-t-il laisser entendre.

Selon lui, des modifications sont apportées à la carte diplomatique, dans la perspective d’arrimer la diplomatie béninoise aux défis contemporains. La modification, rassurait-il, ne supprime pas la présence diplomatique du Bénin sur tous les continents.  

» Nous avons décidé d’avoir une carte diplomatique très allégée, mais renforcée. Certaines ambassades, comme Paris, Washington, seront des pôles régionaux. Nous serons présents sur tous les continents. Nous aurons des ambassadeurs non-résidents, qui, à partir de Cotonou, avec les moyens, opéreront et seront accrédités auprès de certains pays. C’est une modernisation de l’outil. On ne peut pas baser notre diplomatie sur des dogmes qui sont dépassés et sur des modes de représentation qui ne sont plus efficaces« , avait-il indiqué.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.