Port Autonome de Cotonou @Bollore Port

Bénin : le Port autonome de Cotonou fait un pas de géant vers la cour des grands

Le Port autonome de Cotonou se donne désormais les moyens de sa politique pour entrer dans les rangs des plateformes portuaires les plus compétitives d’Afrique de l’ouest.

Les autorités du Port autonome de Cotonou (PAC) ont entrepris de faire de ce port une zone de transit fiable, moins onéreuse et rapide pour la sous-région. Pour ce faire, avec la collaboration du Port d’Anvers et de la société Maersk, le PAC a désormais acquis, la capacité et l’expertise nécessaire pour recevoir à quai, de plus gros navires.

En effet, depuis le 28 juillet 2020, une série de 05 navires de 300 mètres escalent à Cotonou. « Cette opération historique est la résultante d’un certain nombre d’actions menées par le Port Autonome de Cotonou en coopération avec des experts du Port of Antwerp International (PAI), Maersk et Bénin Terminal », ont souligné les responsables du PAC.

L’aboutissement des travaux pour l’atteinte de cet objectif crucial pour la compétitivité du port béninois, a été le fruit de plusieurs efforts. Entre autres actions menées par Jorys Thys et son équipe, il y a eu le dragage du bassin et de l’accès et l’élargissement du cercle d’évitage. Aussi plusieurs phases de formations ont été effectuées pour les pilotes dans les simulateurs du Port d’Anvers pour l’accostage et l’appareillage des navires de dernières générations. Des pilotes et des capitaines de remorqueurs ont aussi reçu des formations en pratique à Cotonou pendant l’accueil de la série de 05 navires.

Impact et perspectives

Cette nouvelle étape franchie par le Port de Cotonou le rendra encore plus compétitif vis-à-vis des autre ports de la sous-région. Le PAC aura désormais un plus large positionnement sur le marché maritime international. Aussi, outre la renommée du port de Cotonou à l’international, le poumon de l’économie du Bénin connaitra un accroissement considérable des cargaisons traitées. Selon le Directeur du PAC, Jorys Thys, tout ceci est fait dans le but de « faire du Port de Cotonou une plateforme logistique innovante, sécurisée et fiable au service des échanges internationaux ».

Ne voulant pas s’arrêter en si bon chemin, le PAC ambitionne de faire de grandes réalisations afin de devenir une plaque tournant du fret dans toute l’Afrique de l’Ouest. Pour cela, les autorités ont de grandes ambitions, dont entre autres : la création pour la région d’une zone plateforme logistique sous douane pour les activités de distribution et logistique de valeur ajoutée (mixing, assemblage, fractionnement et emballage), la construction d’un centre d’Affaires maritimes, la construction d’un nouveau terminal vraquier (Terminal 5) avec 550 m de quai et 25 ha de terre-plein et bien d’autres chantiers aussi colossaux les uns que les autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus