Bénin: deux militaires démobilisés arrêtés à Parakou pour tentative de braquage

Une patrouille de l’unité de la police républicaine du commissariat du deuxième arrondissement de Parakou a interpellé dans la nuit du dimanche 2 Août 2020 trois individus à quelques encablures de  la direction régionale de l’office de radiodiffusion et télévision du Bénin (ORTB). Ces trois personnes s’apprêtaient à braquer un motocycliste.

L’unité de la police républicaine du commissariat du deuxième arrondissement de la ville de Parakou ont déjoué dans la nuit du dimanche 2 Août 2020 un peu avant minuit un braquage. Selon les informations qui nous sont parvenues, c’est lors d’une patrouille dans la ville que les flics informés d’un braquage en préparation au niveau du collège d’enseignement général Hubert Maga, situé non loin de la direction régionale de l’ORTB, ont tendu leur nasse aux présumés braqueurs.

C’est ainsi qu’ils ont interpellé trois individus qui guettaient le passage d’un taxi-moto pour lui arracher son bien. Parmi les trois individus interpellés, figurent deux anciens militaires démobilisés. Le troisième élément de la bande était un plombier.

Les trois divorcés sociaux avaient sur eux lors de leur arrestation un poignard, une ceinture militaire, un sac de jute, un pagne et des talismans. Difficile de dire pour le moment si c’est la moto qui est visée ou le motocycliste. Arrêtés, ils seront présentés au procureur pour la suite de la procédure.

L’insécurité à Parakou, un défi pour les élus locaux

A l’instar de toutes les villes qui se modernisent, la ville métropole du septentrion fait face aux problèmes d’insécurité. Les assassinats, les braquages et même les suicides deviennent des situations préoccupantes dans la principale ville du septentrion.

En effet, le grand banditisme se développe de plus en plus dans cette ville et presque au même rythme que son développement. S’il est communément admis que le développement va de pair avec l’insécurité, la commune de Parakou en est une illustration.

La semaine écoulée, le commissariat du deuxième arrondissement de la Commune a démantelé plusieurs ghettos de vente de chanvre indien, de braquage et a interpellé plusieurs individus dont des femmes et même des handicapés moteurs. C’est à croire que dans la Commune, de Parakou, le deuxième arrondissement est celui qui offre le moins un atmosphère sécurisé aux populations.

Un défi qu’ensemble autorités locales et éléments de la police républicaine doivent se donner la main pour relever.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus