L'aéroport International de Cotonou se dote, grâce au Ministère de la santé, d'un dispositif de contrôle thermique et de désinfection intégrale © Facebook Cotonouaeroport · Aéroport

Aéroport de Cotonou – Coronavirus: des capteurs thermiques pour détecter les passagers fiévreux

L’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin de Cotonou s’est équipé d’un dispositif de contrôle thermique et de désinfection intégrale. Dès ce lundi 3 août, les passagers devront passer à travers ce dispositif de détection de température et de désinfection intégrale avant l’embarquement.

Après plusieurs mois de fermeture à cause du coronavirus, les frontières aériennes s’ouvrent peu à peu à travers le monde. Les annonces de réouverture des aéroports africains se poursuivent. Au Bénin, l’aéroport International de Cotonou, qui est resté ouvert, s’est doté d’un nouveau dispositif pour accompagner cette relance du transport aérien.

“L’aéroport International de Cotonou se dote, grâce au Ministère de la santé, d’un dispositif de contrôle thermique et de désinfection intégrale, dans le cadre du plan d’action du Gouvernement du Bénin pour lutter contre la pandémie de covid19.”, peut-on lire sur la page Facebook du gouvernement. Selon la vidéo explicative qui accompagne l’annonce, les passagers devront se présenter devant des capteurs pour se faire prélever la température. Après cette étape, le passager entrera dans un sas pour se faire désinfecter.

Si la température corporelle n’est pas un indicateur fiable d’une contamination, il est toujours recommandé le port du masque, le lavage des mains, la distanciation physique et autres mesures barrières. Avant cette mesure, les messages sur le comportement à adopter et le circuit à suivre par chaque passager, sont véhiculés au moyen des hauts-parleurs. D’autres affiches collées aux murs orientent également les passagers et préviennent de l’infection au Coronavirus.

Les mesures de confinement et les fermetures de frontières liées à l’épidémie de Covid-19 ont entraîné un arrêt brutal du trafic aérien partout dans le monde. Une interruption d’une ampleur et d’une durée inédites qui a coûté déjà très cher à l’ensemble du secteur aérien. Des dizaines de milliers de suppressions de postes dans ce secteur d’activité ont été notées.

Selon l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), les mesures de lutte contre la pandémie de Covid-19 pourraient amputer le trafic aérien de plus d’un milliard de passagers sur les neuf premiers mois de l’année. La perte économique pour les compagnies aériennes est, elle aussi, considérable. L’OACI anticipe une baisse de revenus de 160 à 253 milliards de dollars au cours des neuf premiers mois de l’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus