Mali : le président Ibrahim Boubacar Keita dissout la Cour constitutionnelle

Alors que le troubles sont de plus en plus violente au Mali et que des morts commencent à se faire compter, le président de la république tente de calmer les ardeurs en procédant à la dissolution de fait, de la Cour constitutionnelle.

Le président malien dissout la Cour constitutionnelle en pleine crise sociopolitique dans le pays. « J’ai décidé d’abroger les licences des autres membres de la Cour constitutionnelle », a déclaré le président Ibrahim Boubacar Keita dans un discours télévisé samedi. Une décision qui intervient après que les troubles civils dans la capitale Bamako ont fait quatre morts vendredi et ont conduit à l’arrestation de plusieurs dirigeants de l’opposition, rapporte DW.

« Cette dissolution de facto de la Cour, nous permettra, à partir de la semaine prochaine, de demander aux autorités compétentes de nommer de nouveaux membres afin que le tribunal réformé puisse rapidement nous aider à trouver des solutions aux différends nés des élections législatives », a-t-il ajouté.

La crise politique au Mali découle des actions récentes de la Cour constitutionnelle. En avril, un mois après les élections législatives, le tribunal a annulé les résultats provisoires d’une trentaine de sièges, ce qui aurait aidé plusieurs membres du parti de Keita à se faire élire.

Des milliers de manifestants ont participé aux manifestations anti-gouvernementales, exigeant que Keita démissionne, également à cause du conflit djihadiste de longue date qui plonge le Mali dans une totale insécurité. Ajouté à tout cela, des problèmes économiques et la corruption perçue du gouvernement, sont dénoncés par les manifestants.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus