Ghassame Salamé, politologue libanais et ancien chef de la mission des nations unies en [email protected] international

Libye: Salamé s’en prend au Conseil de sécurité et dénonce l'”hypocrisie” de certains pays

Quatre mois après avoir quitté son poste d’envoyé spécial de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé est revenu sur quelques raisons de l’enlisement de la crise libyenne, dénonçant l’hypocrisie de certaines puissances étrangères.

Le diplomate libanais, Ghassan Salamé situe les responsabilités des grandes puissances étrangères dans la crise en Libye. Dans un entretien accordé à la presse, l’ancien chef de la mission des Nations Unies en Libye s’est dit poignardé dans le dos par certains pays du conseil de sécurité qui lui apportaient un faux soutien dans sa mission à Tripoli.

“Je n’avais plus aucun rôle (…) car “le jour où il a attaqué Tripoli, (le maréchal Khalifa) Haftar avait le soutien de la plupart d’entre eux, alors qu’on était critiqués en Libye pour ne pas l’avoir stoppé”, a-t-il lâché. Il soutient par ailleurs que l’offensive de Khalifa Haftar, lancée avec le soutien militaire de l’Egypte, des Emirats arabes unis et de la Russie ainsi que l’appui de la France qui s’en défend, a “mis à l’arrêt le processus de paix pour lequel nous avons travaillé pendant une année entière”.

C’est là que vous comprenez (…) que l’hypocrisie de ces pays a atteint, à ce stade, des limites qui rendent votre travail très problématique“, dénonce-t-il avant d’ajouter: “Je suis très en colère!” C’est une première sortie du diplomate libanais à la tête de la Manul de 2017 à 2020. Sa fracassante démission était le signe d’un malaise profond entre les discussions inter-libyennes.

Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est divisée entre deux gouvernements qui se disputent le pouvoir. L’un reconnu par la communauté internationale (GNA) est basé à Tripoli et l’autre soutenu par le parlement et siégé dans l’Est du pays est contrôlé par le maréchal Khalifa Haftar.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.