gaetane

France: des cambrioleurs font condamner un homme qui avait piégé sa maison avec des explosifs

Le procès d’un homme de 76 ans et de deux cambrioleurs s’est tenu, ce jeudi 9 juillet 2020, devant le tribunal correctionnel de Saint-Malo, en France. Tous les trois ont été condamnés par la justice.

En France, dans la commune de Dinan, à environ 400 km de Paris, un homme de 76 ans comparaissait, ce jeudi 9 juillet, devant le tribunal correctionnel de Saint-Malo. En effet, en septembre 2018, alors que le septuagénaire se trouve à l’étranger, sa maison est la cible d’un cambriolage. Trois jeunes malfrats cassent un carreau d’une fenêtre, afin de pénétrer dans la longère.

Une fois à l’intérieur, ces cambrioleurs découvrent plusieurs dispositifs explosifs disséminés un peu partout dans l’habitation. Ils avaient alors fait appel aux démineurs pour désamorcer les pièges tendus avec des morceaux de ficelle. Les spécialistes avaient œuvré sans incident, et le matériel, composé de grenades lacrymogènes, de canons avertisseurs, de cartouches et de Gomm-cogne, avait été saisi. Mais les deux jeunes sont revenus, quelques jours après le retrait des dispositifs pour voler des montres, un revolver et de l’argent.

Quelques jours plus tard, la procureure de la République de Saint-Brieuc décide de poursuivre le septuagénaire pour mise en danger de la vie d’autrui, détention d’un dépôt d’armes et de munitions. Le retraité, conservateur de musée à l’étranger, et ses deux cambrioleurs se sont retrouvés à la barre, ce jeudi 9 juillet.

«Il n’y a ni l’eau ni l’électricité»

Devant le tribunal, il a assuré avoir «un trop grand sens de la vie pour penser à tuer des gens», en expliquant qu’il avait «mis ces pièges dans l’idée qu’ils fassent peur». Selon lui, il ne pouvait pas installer d’alarme, car «il n’y a ni l’eau ni l’électricité» dans cette maison héritée de son père. La dangerosité des dispositifs a toutefois été confirmée par des experts. Selon eux, certains auraient pu tuer n’importe quel intrus, tentant de s’introduire dans la maison.

Les deux cambrioleurs ont été condamnés à deux et trois mois de prison avec sursis. Quant au propriétaire, il s’est vu attribuer une amende de 2.000 euros avec sursis et une interdiction de détenir des armes de catégories A et B, pendant trois ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus