gaetane

Faure Gnassingbé et Roch Marc Kaboré attristés par le décès de Gon Coulibaly

Les présidents du Togo et du Burkina Faso, Faure Essozimna Gnassingbé et Roch Marc Kaboré, ont exprimé leur tristesse, après la disparition d’Amadou Gon Coulibaly, premier ministre de la Côte d’Ivoire.

La nouvelle ne cesse de susciter des réactions dans les Etats africains. La disparition du chef du gouvernement ivoirien a créé l’émoi et la stupéfaction. Sur Twitter, le président togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, a regretté la mort d’un « homme d’Etat et un ami du Togo« .

Depuis Ouagadougou, capitale du Faso, Roch Marc Kaboré s’est incliné devant la mémoire du défunt. « C’est avec tristesse que j’ai appris le décès du Premier ministre de Côte d’Ivoire, Amadou Gon Coulibaly. Mes sincères condoléances et celles de la nation burkinabé à mon frère et ami, Alassane Ouattara, à la famille éplorée du défunt, à sa famille politique et au peuple ivoirien« , a écrit le président Kaboré.

Revenu de Paris, le jeudi dernier, le premier ministre Gon Coulibaly a été accueilli par le président, Ouattara, et plusieurs membres du gouvernement à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny.

A LIRE AUSSI: Côte d’Ivoire: la réaction de Guillaume Soro après le décès de Gon Coulibaly

Six jours plus tard, le « Lion », comme le surnomme affectueusement ses camarades du RHDP, n’accédera point à la magistrature suprême de Côte d’Ivoire et, par ricochet, ne rugira point dans la forêt. A 61 ans, AGC a occupé de hautes fonctions dans l’appareil d’Etat, durant ces trente dernières années, auprès d’Alassane Ouattara, son mentor politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus