gaetane

Ethiopie: plus de 160 personnes tuées après des heurts communautaires

Près de 166 personnes ont été tuées et 167 autres blessées au cours des manifestations et des heurts communautaires qui ont secoué l’Éthiopie depuis le meurtre le 29 juin d’un chanteur vedette, Hachalu Hundessa.

Après la mort d’Hachalu, « 145 civils et 11 membres des forces de sécurité ont perdu la vie dans des troubles dans la région », a affirmé le chef-adjoint de la police de l’Etat d’Oromia, Girma Gelam, dans un communiqué diffusé sur la télévision d’Etat Fana Broadcasting Corporate.

Dix autres personnes, dont deux policiers, ont été tuées à Addis Abeba, selon la police de la capitale. Girma Gelam a aussi fait état de 167 personnes « sérieusement blessées » et d’un millier d’arrestations. Il a assuré que les violences avaient « complètement cessé ».

Hachalu Hundessa a été assassiné lundi soir à Addis Abeba. Bien qu’apprécié d’Éthiopiens d’origines diverses, il a surtout été le porte-voix des Oromo, qui avaient dénoncé leur marginalisation économique et politique lors des manifestations antigouvernementales ayant débouché en 2018 sur l’arrivée au pouvoir du Premier ministre Abiy Ahmed, un membre de cette communauté.

Ses textes très politiques exprimaient les frustrations de ce groupe ethnique, le plus important par le nombre, mais qui s’est longtemps estimé marginalisé économiquement et politiquement. Le mobile du meurtre d’Hachalu n’est pas encore connu, mais le chef de la police d’Addis-Abeba a déclaré à Fana que « des suspects » avaient été arrêtés.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus