Covid-19 – Arrestation de promoteurs de bars: Ty Mayani raconte ce qui s’est réellement passé

Après sa libération, l’un des deux promoteurs de boîtes de nuit arrêtés à Cotonou raconte ce qui s’est passé. C’était à l’occasion d’une interview accordée à BENIN WEB TV ce jeudi 23 juillet 2020.

Ty Mayani, artiste camerounais vivant au Bénin, promoteur de « House Night-Club » a été arrêté et gardé à vue pour violation de l’interdiction d’ouverture des boîtes de nuit, en raison de la pandémie de Covid- 19. Selon ses dires, la boite de nuit n’a pas été ouverte pour une animation habituelle. « Depuis que la mesure de fermeture des bars, boites de nuit et autres est tombée, en raison de la Covid-19, nous avons fermé. J’ai été contacté par quelqu’un qui a souhaité organisé son anniversaire dans nos locaux le samedi », fait-il savoir.

Le local de la boite de nuit a été donc loué à la personne qui a souhaité y organiser son anniversaire. La fête devrait rassembler une vingtaine de personne, selon ce qui avait été annoncé. L’anniversaire était en cours quand la police républicaine est intervenue. La boîte a été fermée et le gérant embarqué. « J’étais au studio quand on m’a informé de l’intervention de la police. La boite de nuit a été fermée et mon gérant mis aux arrêts », explique Ty Mayani.

De la garde à vue au tribunal

Le dimanche matin, Ty Mayani se rend au commissariat pour prendre des nouvelles de son gérant. Une fois sur les lieux, il a appris qu’il y aura une présentation au procureur. Il a donc décidé de prendre la place de son gérant. « J’ai demandé à prendre la place du gérant parce que c’est moi le promoteur. Je ne peux pas laisser mon gérant derrière les barreaux. C’est ainsi que j’ai été gardé et mon gérant libéré », a-t-il déclaré.

Présenté au procureur, le lundi, Ty Mayani a vu sa garde à vue prorogée. C’est finalement le jeudi 23 juillet qu’il a été libéré, après une deuxième présentation. « J’ai présenté mes excuses et promis de ne plus ouvrir la boîte de nuit tant que la mesure fermeture n’est pas levée », a-t-il martelé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus