gaetane

Côte d’Ivoire: la police arrête une femme en flagrant délit d’adultère

La femme d’un officier de police a été interpellée en flagrant délit d’adultère. La scène s’est déroulée le dimanche 28 juin à Minignan. La femme et son amant sont gardés et seront jugés conformément au code pénal en vigueur en Côte d’Ivoire.

Le marié cocufié était à son travail quand il a été joint par un témoin qui l’informe de ce que sa femme se trouvait dans la chambre d’un autre homme. Il a précisé que l’amant, un carreleur, a refusé d’ouvrir la porte quand il a interpellé. Après s’être assuré que les indications de l’informateur correspondaient à sa femme, l’officier est descendu sur les lieux avec une équipe de policiers.

Une fois sur les lieux, il a constaté que sa femme était bien dans la chambre à coucher du carreleur. La dame et son amant ont été arrêtés, la première pour adultère et le second pour complicité d’adultère.

La femme et son complice risquent plusieurs mois de prison

Si dans d’autres pays africains comme le Bénin, on laisse les divinités et les mânes des ancêtres se charger du sort des auteurs d’adultère, en Côte d’Ivoire c’est une infraction punie par la justice. Selon le code pénal en son article  456, les auteurs (homme ou femme)  des faits d’adultère peuvent écoper  de deux mois  à 1 an d’emprisonnement.

L’alinéa 2 de la même disposition précise que seul le conjoint cocufié peut déposer une plainte. La justice se retire de l’affaire et met fin à toute actions si le conjoint plaignant décide de pardonner l’autre. 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus