Coronavirus : une « semaine de terreur » pour le Pérou

Les Péruviens vivent ce qu’un expert a décrit comme une « semaine de terreur », en raison de l’escalade des cas de Covid-19, de l’effondrement possible du système de santé et de sombres prédictions sur de nombreux autres décès, rapporte Prensa latina.

L’inquiétude populaire a été soulignée jeudi, après le bilan officiel de 6 809 nouveaux cas et 204 décès, totalisant respectivement 407 492 et 19021, ainsi que 40 000 décès soupçonnés de coronavirus. Dans ce contexte, le ministre de la Défense, Walter Martos, a confirmé que le Pérou était toujours soumis à un couvre-feu nocturne, et le ministre du Logement Carlos Lozada a déclaré que l’état d’urgence, en vigueur jusqu’à aujourd’hui, avait été prolongé jusqu’à fin août.

Lozada a ajouté que les quarantaines se poursuivraient dans les régions d’Arequipa, Ancash, Ica, Junin, Huanuco, San Martin et Madre de Dios, qui n’ont pas été incluses dans la phase d’assouplissement qui a commencé le 1er juillet, en raison de leur situation critique. Après avoir exclu que Lima, où le plus grand nombre de contagions et de décès ont été signalés, retournerait en quarantaine, il a ajouté que le confinement sera imposé dans certaines régions du pays pour empêcher le coronavirus de se propager, bien qu’il n’ait pas réussi à l’arrêt de la propagation de la Covid-19 dans les sept régions confinées, en raison du non-respect des restrictions.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus