gaetane

Bon à savoir : les différents types d’accouchement

L’accouchement est l’action de mettre un enfant au monde. Cependant, il en existe sous plusieurs formes, qui sont encore ignorés de la population. Nous vous proposons donc ici quelques types.

Vous avez sûrement entendu parler d’accouchement naturel, physiologique, de césarienne, d’accouchement dans l’eau ou autre. Dans la plupart des cas, vous avez la possibilité de choisir votre mode d’accouchement. L’équipe médicale reste néanmoins présente tout au long de votre grossesse et de votre accouchement afin de vous informer et de vous conseiller. Elle peut aussi vous guider vers un autre type d’accouchement en cas de pathologie maternelle ou fœtale. Découvrez donc ici, quelques types d’accouchement les plus fréquents.

L’accouchement dans l’eau

L’accouchement dans l’eau est encore peu pratiqué en France, mais commence à se faire connaître car il se révèle très doux à la fois pour la maman dont le périnée est plus souple et le travail plus rapide, et pour le bébé qui passe d’un environnement aquatique à un autre.

Voici comment se déroule cet accouchement :

La plupart du temps, une baignoire est louée ou mise à disposition en maternité. Et dès que la maman ressent des contractions douloureuses, celle-ci est immergée dans un bain à la même température que celle du corps humain.

Le travail et la délivrance du bébé a lieu dans l’eau et le monitoring du bébé se fait à l’aide d’un Doppler spécial.

A Lire Aussi: Bon à savoir : le top 10 des prénoms des filles rebelles

L’accouchement au forceps

On a recours au forceps pendant un accouchement vaginal quand le bébé a du mal à sortir. C’est un instrument d’extraction constitué de deux larges cuillères métalliques attachées l’une à l’autre qui servent à maintenir la tête du bébé.

Il est nécessaire de procéder d’abord à une épisiotomie avant d’introduire les forceps et de positionner la tête du bébé. Une fois que le forceps est bien ajusté, le médecin va tirer en même temps que la mère chaque fois qu’elle aura une contraction.

L’accouchement déclenché

Un accouchement est déclenché quand le fœtus présente des signes de souffrance, le terme est dépassé, si la maman a certaines pathologies qui pourraient compliquer l’accouchement, et pour de nombreuses autres raisons médicales.

A Lire Aussi: Bon à savoir : le gombo, plus qu’un légume, un vrai remède contre le diabète, l’asthme, …

Pour alors, déclencher un accouchement, on a recours à des comprimés ou du gel contenant des prostaglandines que l’on va insérer dans le vagin. Une autre méthode consiste à placer la future maman sous perfusion d’ocytocine qui est une hormone déclenchera naturellement le travail.

L’accouchement naturel

C’est la même chose qu’un accouchement vaginal, à la différence près qu’on ne fait aucune intervention pour soulager la douleur de l’accouchement ou pour stimuler les contractions. Cela signifie qu’on n’a pas recours à des procédés comme l’épisiotomie ou les injections d’ocytocine artificielle.Quand on choisit cette méthode, c’est d’abord à la mère que l’on pense. On respecte ses choix. La mère peut également choisir l’endroit où elle va donner la vie : par exemple, à la maison ou à l’hôpital

L’accouchement sous hypnose

L’accouchement par hypnose permet à la future maman de contrôler sa douleur et de rendre le travail moins pénible. Pour cela, elle va suivre un entraînement d’auto-hypnose avec un professionnel et pratiquer cette méthode plusieurs mois avant l’accouchement. Le futur papa peut tout à fait assister à ces séances afin d’apprendre lui aussi, et prendre le relais (psychologique !) des soignants le jour de l’accouchement.

A Lire Aussi: Les meilleures astuces pour garder sa poitrine toujours ferme

En effet, cette méthode consiste à apprendre à détacher ses pensées des sensations et émotions ressenties. Il s’agit plutôt de les observer. La gestion calme de sa respiration et le contrôle de cette dernière fait partie de cette pratique.

A en croire les femmes ayant accouché sous hypnose, elles ont vécu la scène de « au-dessus », sans être absente de la situation.

L’accouchement vaginal

C’est l’accouchement normal. Le bébé sort par voie basse, c’est-à-dire par voie vaginale. L’accouchement se déclenche spontanément.

Le bébé se présente en position céphalique. Cela signifie que sa tête est tournée vers le bassin en vue de l’accouchement. Parfois, le bébé peut avoir des difficultés à sortir. Dans ce cas, on peut pratiquer une épisiotomie. Il s’agit d’une incision chirurgicale du périnée, c’est-à-dire du muscle entre le vagin et l’anus.Par ailleurs, ce type d’accouchement présente de nombreux avantages :

Cette méthode aide le bébé à développer ses poumons. Il a donc moins de risques d’avoir une maladie respiratoire. De plus, il est en contact avec sa mère dès les premiers instants et il a très vite la possibilité de téter.

A Lire Aussi: Des astuces naturelles pour lutter contre les boutons

Quant à la mère, elle a également moins de risques de faire une hémorragie. Elle récupère plus vite et au contact du bébé.

L’accouchement sous acupuncture et acupressure

Pour les femmes souhaitant un accouchement totalement naturel, l’acupressure et/ou l’acupuncture peuvent être de bonnes solutions.

Ces deux pratiques ont à la fois pour but d’atténuer les différents symptômes désagréables de la grossesse, de rééquilibrer les énergies perturbées, et de prévenir les fausses-couches, pathologies ou complications qui pourraient se développer. On peut également déclencher le travail par une séance d’acupression, dilater le col de l’utérus, ou encore intensifier les contractions, se détendre et/ou maîtriser les différentes douleurs, en stimulant des points spécifiques.

L’accouchement par césarienne

C’est un autre type d’accouchement déclenché. La césarienne peut être programmée pour de multiples raisons : présentation par le siège, bébé trop gros, bassin de la maman trop étroit, problèmes de santé pour la mère (hypertension, diabète), souffrance fœtale… La césarienne peut être décidée au cours de l’accouchement prévu initialement par voie basse, si le bébé ne s’engage pas, si le col ne se dilate pas, s’il y a souffrance fœtale…

A Lire Aussi: Déshydratation: astuces pour mieux et bien boire de l’eau

La césarienne se déroule nécessairement dans un bloc opératoire, puisqu’il s’agit d’une intervention chirurgicale. Elle consiste à inciser l’abdomen et l’utérus pour faire sortir le bébé (en une dizaine de minutes seulement). Elle est effectuée sous anesthésie péridurale ou, dans certains cas, générale. La présence du papa lors de la césarienne n’est pas toujours autorisée.

L’accouchement de jumeaux

La plupart des accouchements de jumeaux ont lieu prématurément : l’utérus, plus distendu par la présence des deux bébés, a tendance à se contracter plus facilement en fin de grossesse.

La césarienne est pratiquée pour presque la moitié des accouchements de jumeaux et cela pour éviter les nombreuses complications possibles pour la maman et les bébés : jumeaux mal présentés, position d’un membre, place délicate des cordons ombilicaux…

Pour cet accouchement particulier, ce sont les médecins qui décideront si l’accouchement a lieu par voie basse ou par césarienne.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus