gaetane

Bénin: une dame condamnée à 5 ans de prison pour vente de gâteau au cannabis

Au Bénin, une femme a été condamnée par le tribunal de  Cotonou à 5 ans de prison pour vente de gâteau au cannabis.

Le mardi 14 juillet 2020, pour une affaire de préparation de gâteaux, de bonbons au cannabis à destination des apprenants et collèges et lycées de Cotonou, une femme a été condamnée à 5 ans de prison dont 2 fermes.  Les faits remontent à février 2020. A l’époque, l’Office de répression du trafic illicite des drogues et des précurseurs (Ocertid) s’était saisi d’un dossier de consommation de stupéfiants par les élèves en réponse à l’alerte donnée par les autorités béninoises.

Identifiée comme fournisseur du gâteau, après plusieurs semaines d’enquêtes, en plus de ses 5 ans de prison, la femme inculpée devra payer une amende de 2 millions de FCFA et au franc symbolique à titre de dommages et intérêts.

De la drogue sous plusieurs formes

La consommation de stupéfiants prend de l’ampleur dans les collèges et lycées du Bénin. Un triste constat fait par les autorités qui comptent désormais taper du poing sur la table. Un cas dans lequel cinq élèves sont impliqués a été évoqué pour appuyer le constat. Il s’agit d’une fête d’anniversaire au cours de laquelle ces élèves ont consommé un gâteau « préparé avec du cannabis dans le mois de janvier 2020 ».

Les investigations menées ont montré que la consommation et la commercialisation de la drogue en milieu scolaire ne date pas d’aujourd’hui. Cette drogue circule dans les collèges sous forme de pilules, de bonbons, de gâteaux, de jus de fruit, jus de bissap. Les auteurs de cette activité malsaine seraient  pour la plupart des personnes externes aux collèges. Selon le ministre Mahougnon Kakpo, il s’agit d’un phénomène dangereux pour la santé mentale et physique des élèves. C’est pourquoi le Gouvernement prend déjà des dispositions pour y mettre fin.

Fin février 2020, sous l’effet de la drogue, sept apprenants ont abusé s*xuellement d’une de leur camarade au Collège d’enseignement général (Ceg) la verdure situé dans la commune d’Abomey-Calavi. La jeune fille abusée a raconté sa mésaventure et un conseil de discipline a été convoqué par la directrice de ce collège. Par la suite, « des sanctions ont été retenues contre ces apprenants indélicats proportionnellement à l’implication de chacun d’eux dans cette affaire ». A l’époque, la directrice du CEG La Verdure n’a pas voulu se prononcer sur cette affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus