gaetane

Bénin – TPI Parakou: le 2è dossier de la session criminelle renvoyé, voici les raisons

La deuxième affaire inscrite au rôle de la première session criminelle de l’année 2020, du Tribunal de première instance de première classe de Parakou, n’a pas été vidée. Elle est renvoyée à une session ultérieurs pour diverses raisons. Il s’agit d’un dossier de vol à mains armées et d’assassinat. 

Association de malfaiteurs, vol à mains armées et assassinat; telles sont les charges qui pèsent sur les accusés du deuxième dossier inscrit au rôle de la première session criminelle de l’année 2020, du Tribunal de première instance de première classe de Parakou.

En effet, statuant en matière criminelle, au titre de l’année 2020, le Tribunal de première instance de première classe de Parakou n’a pu aller au bout du deuxième dossier inscrit au rôle. La poursuite de l’examen a été renvoyée à une session ultérieure. Pris d’un malaise, le président de céans a été admis aux soins et la cause, renvoyée.

Le procès jonchés d’imprévus

Convoqués pour le mardi 7 juillet 2020, les mis en cause, dans ce dossier, les sieurs Aboubacar Oumarou alias Faroukou, Amadou Boni Nouréini Ninnin et Mamoudou Adamou Zawoua ont répondu présents à la barre.

Mais l’examen du dossier a été suspendu pour être poursuivi le lendemain, suite à une panne d’énergie électrique, intervenue entre- temps. Le lendemain donc, l’audience n’a pu, malheureusement, aller à son terme, car le président de l’audience, pris d’un malaise, a été admis à l’hôpital pour des soins et le dossier, renvoyé à une session ultérieure. Les accusés retournent donc en prison en attendant le verdict du tribunal pour se fixer.

En effet, l’indisponibilité du président de l’audience, pour des problèmes liés à sa santé, ayant été constatée, la composition de la cour, qui passe de sept à six membres, devait inévitablement changer pour se conformer au code pénal, qui prescrit que la cour doit être composée de sept membres.

Retour sur les faits

Les faits de la cause de cette audience remontent au mercredi 25 mars 2015, où, aux environs de 21 heures 30 mn, El hadj Adamou Issifou, cambiste de profession, a été filé jusqu’à son domicile, sis au quartier Gbira, dans le troisième arrondissement de la ville de Parakou, par un groupe d’individus. Ces derniers l’ont massacré à coups de machettes, puis criblé de balles, avant de fouiller sa chambre et son véhicule, dont ils ont endommagé la vitre arrière. Laissant leur victime dans une mare de sang, avec des blessures au bras droit, au visage et à la tête, ils ont réussi à emporter une somme estimée à plusieurs millions de francs CFA.

Sur les lieux, ils ont également abandonné des machettes et étuis. Soupçonnés, puis interpellés, Mamoudou Adamou Zawoua, Aboubacar Oumarou alias Faroukou et Amadou Boni Nouréini Ninnin ont été inculpés pour les crimes d’association de malfaiteurs, de vol à mains armées et d’assassinat. A toutes les étapes de la procédure, ils ont nié les faits. A la barre, ce mardi 7 juillet, les trois accusés ont beaucoup varié leurs déclarations, mais n’ont pas reconnu les faits mis à leur charge.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus