gaetane

Bénin: six centrales syndicales entrent dans un creuset d’unité d’action

Six confédérations et centrales syndicales ont tenu ce jour, vendredi 3 juillet 2020 à la Bourse du travail, une Assemblée générale d’adoption du cahier de charge du Cadre de collaboration confédérale syndicale qui connaîtra désormais leurs actions. 

Six centrales et confédérations syndicales à savoir: Csa-Bénin, Cgtb, Cosi-Bénin, Unstb, Csub et la Cspib ont concrétisé leur volonté d’agir ensemble et autrement au sein d’un même creuset.

C’est à la faveur d’une Assemblée générale qu’il ont tenu vendredi à la Bourse du Travail. Ce processus entamé depuis 2019 avec l’appui du Bureau International du Travail (BIT) vient de connaitre son épilogue.

Au cours de l’assemblée générale, les responsables syndicaux ont adopté un cahier de charge du Cadre de collaboration confédérale syndicale et ont installé officiellement les membres dudit creuset et ceux des comités techniques.

Une renaissance du syndicalisme ?

L’installation de cadre d’unité d’action pourrait sonner une ère nouvelle pour le syndicalisme au Bénin miné par plusieurs maux diagnostiqués au cours de l’assemblée générale. En effet, dans sa prise de parole, le président du comité d’organisation, le secrétaire général du CSA-Bénin a évoqué les maux qui minent la corporation.

Entre autres maux, il a retenu  la baisse de l’engagement des travailleurs, l’érosion du pouvoir de représentation syndicale, l’émiettement injustifié des organisations syndicales, l’errance dans la gouvernance interne, une autonomie financière problématique et un leadership non inclusif car très peu représentatif des femmes, des jeunes, des travailleurs de l’informel et des travailleurs handicapés.

Pour Anselme Amoussou,  le paysage syndical béninois subit depuis quelques années des mutations avec des questionnements récurrents à l’intérieur des organisations syndicales et au sein de l’opinion publique sur l’efficacité de l’action syndicale, la pertinence des choix de stratégies et la nécessité de réformer les moyens de lutte, de s’adapter pour ne pas sombrer totalement.

Aussi, plusieurs valeurs qui doivent désormais accompagner l’action syndicale ont été adoptées. Il s’agit des valeurs qui ont trait à la « solidarité, l’éthique, le respect, la complémentarité, la bonne gouvernance et le professionnalisme« . 

Pour le directeur adjoint de cabinet du Ministre du travail et de la fonction publique, Eusèbe Agoua, qui a pris part à l’ouverture des travaux, « cette charte est un document de grande portée syndicale et ne manquera pas de rassurer les militants et d’assainir le paysage syndical du Bénin« . Il se dit convaincu de ce que sa mise en œuvre va améliorer de manière significative la représentation syndicale dans les instances administratives et renforcer la qualité de leurs prestations au sein de la commission nationale permanente de négociation collective.

1 commentaire
  1. Bony dit

    C est incroyable

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus