Bénin: la position de Romuald Wadagni sur les critiques relatives aux emprunts

A la faveur d’une conférence de presse qu’il a tenue, vendredi 10 juillet 2020, à la salle  » Fleuve Jaune  » du Ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, le ministre des Finances, Romuald Wadagni, s’est entretenu avec les professionnels des médias sur les dernières performances économiques du pays. Sur la question de la fréquence de la dette, l’argentier national estime que, plus l’investissement est justifié, mieux la dette vaut.

Presque tous les mois, le Bénin est sur le marché financier pour des emprunts. Ce mode de gouvernance, inhabituel aux Béninois, a suscité beaucoup de commentaires et même des critiques à l’endroit du gouvernement, accusé d’endetter le pays.

Pour éclairer l’opinion sur la question, le ministre de l’économie et des finances, Romuald wadagni, s’est entretenu, ce vendredi, avec les professionnels des médias. Répondant aux critiques sur les emprunts obligataires et la fréquence du Bénin sur le marché financier régional, l’argentier national estime que «  plus l’investissement est justifié, mieux la dette vaut. »

A en croire Romuald wadagni, ce qu’il faut surtout retenir, c’est que le Bénin, grâce aux conséquences positives des réformes engagées, depuis 2016, est aujourd’hui crédible aux yeux des structures financières.

Dans cette posture, il a maintenant la possibilité de profiter de son nouveau statut pour prendre de la dette à taux réduit avec un remboursement échelonné sur plusieurs années, pour payer celles jadis contractées à fort taux pour un remboursement à court terme.

Selon l’argentier national, cette opération permet aux pays, qui en ont les moyens, de faire d’énormes économies à partir de ces mécanismes de la dette. Mieux, poursuit-il, la plupart des pays sont soumis en matière de dettes à un plafond qu’ils ne peuvent même pas dépasser. « Le seuil du Bénin se situe au niveau de 75%, nous ne sommes pas encore aujourd’hui à 50%. », rassure-t-il.
Ainsi, pour le ministre, ce sont les incultes des finances publiques, qui parlent de ce qu’ils ne maîtrisent pas. Car, selon lui, la dette fait partie des secteurs dans lesquels le Bénin jouit d’une très bonne réputation.
1 commentaire
  1. Ledoux dit

    Le ministre des finances emprunte pour payer les empruntes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus