Bénin : la fête de l’Aïd El Adha ou la Tabaski 2020 aura lieu le vendredi 31 juillet

La fête de l’Aïd El Adha sera célébrée dès ce vendredi 31 juillet au Bénin, tout comme dans les autres pays du monde. Coronavirus oblige, cette année, la traditionnelle fête de la Tabaski sera empreinte de plusieurs particularités.

L’Union islamique du Bénin a appelé, vendredi 24 juillet, à un strict respect des gestes barrière à l’occasion de la fête de l’Aïd, prévue vendredi 31 juillet, alors que les autorités alertent toujours sur la circulation du Covid-19 au Bénin. Dans un communiqué signé par l’Imam Assifatou Mohammed ALI, l’Union islamique du Bénin fait un rappel des mesures de vigilance et de protection à prendre par les fidèles musulmans, les imams, les responsables à tous les niveaux et les notables.

  1. Rendre disponible les dispositifs de lavage des mains en nombre suffisant sur les sites de prière de l’Aïd Al Kabir ainsi que les gels désinfectants.
  2. Observer le lavage obligatoire des mains à l’entrée desdits lieux de prière ;
  3. Porter obligatoirement les masques ;
  4. Se munir chacun de tapis de prière individuel ;
  5. Respecter la distanciation sanitaire et de sécurité d’au moins un (01) mètre sur lesdits lieux de prière ;
  6. Eviter toutes accolades et poignées de mains ;
  7. Eviter de se faire accompagner des enfants non pubères ou de moins de 15 ans sur lesdits sites de prière de l’Aïd Al Kabir ;
  8. Inviter les personnes âgées et les personnes souffrant d’une maladie chronique quelconque à prier chez eux à la maison.
  9. Eviter les attroupements après la célébration de l’office religieux (sermon et immolation compris) qui ne devra durer au maximum trente (30) minutes.

L’Aïd el-Adha (fête du sacrifice) ou Aïd el-Kébir (grande fête) est l’une des deux grandes fêtes musulmanes avec l’Aïd el-Fitr (rupture du jeûne). Elle prévoit le sacrifice d’une bête de troupeau, un mouton généralement, à partager avec ses proches et des pauvres, en mémoire de la soumission à Dieu d’Abraham, prêt à offrir son fils et auquel fut in extremis substitué un mouton.

La fête de l’Aïd El Adha rime avec retrouvailles familiales et célébrations collectives, repas en famille, embrassades, prières collectives, sacrifice animal… Autant de rituels qui risquent d’être chamboulés cette année, par le contexte épidémique du coronavirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus