gaetane
Habib Ahandessi , Président du mouvement socialiste révolutionnaire et membre du parti USL

Bénin: Habib Ahandessi répond à Martin Assogba et donne sa position sur le parrainage

Dans un entretien accordé, ce lundi 6 juillet 2020, à la web radio Crystal News, le président de l’ONG-ALCRER, Martin Assogba, défendait le maintien du parrainage, mais avec la possibilité que les candidatures de l’opposition soient portées par les partis proches du président de la République. Une illusion, selon Habib Ahandessi, qui invite à la vigilance. 

Le jeune acteur politique de l’opposition, Habib Ahandessi, estime que la parrainage, tel que perçu par le président Martin Assogba, est du leurre et que le peuple béninois doit être vigilant. C’est à travers un audio relayé sur les réseaux sociaux, que Habib Ahandessi a livré sa lecture de la dernière interview accordée par le président de l’Association de lutte contre le racisme, l’ethnocentrisme et le régionalisme (ALCRER) à la web radio Crystal News.

Selon le jeune acteur politique, le tonitruant leader de la société civile, sous le régime du président Thomas Boni Yayi, serait entrain de vendre au peuple béninois de l’illusion. A l’en croire, demander aux partis politiques du président de la République de parrainer les candidats de l’opposition ressemble beaucoup plus à une farce qu’à la réalité. Habib Ahandessi en veut, pour preuve, les différentes élections organisées sous ce régime de la ruse. “Nous avons vu les différentes prises de position du régime par rapport aux élections. Nous avons vu la force du président de la République dans les élections”, a-t-il indiqué.

Il estime que la position de Martin Assogba ne doit pas être prise en compte par l’opposition. Selon lui, depuis l’avènement de ce régime, les Béninois ont pu se rendre compte des prises de position du président de l’ONG-ALCRER. Il n’y a donc, à l’en croire, à faire d’illusions sur la position de ce dernier. Pour Habib Ahandessi, le maintien du parrainage n’est envisageable que si le parlement béninois avait en son sein des députés de l’opposition et si les partis politiques hostiles au régime actuel avaient pris part aux élections communales passées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.