Bénin – Examens de fin d’année: quatre prisonniers présentés par l’agence pénitentiaire

Depuis le lundi 6 Juillet 2020, le top des examens de fin d’année scolaire 2019-2020 a été donné avec le lancement officiel des épreuves écrites du certificat de fin d’étude primaire. Quatre pensionnaires de maison d’arrêt étaient au rang des candidats qui ont planché pour ces différents examens.

L’agence pénitentiaire du Bénin a présenté, cette année scolaire et académique 2019-2020, quatre (04) candidats aux examens de fin d’année. Un candidat est issu de la prison civile d’Abomey pour le compte du Brevet d’études du premier cycle (BEPC). Les trois autres proviennent de la prison civile de Parakou et ont planché pour l’obtention du Baccalauréat. Ainsi, en dépit de leur situation de prisonniers, ces candidats se sont préparés pour affronter les différentes épreuves.

Cette possibilité accordée par l’agence pénitentiaire du Bénin entre dans le cadre d’une vision globale de faire de nos maisons d’arrêt un lieu d’épanouissement, d’éducation et de formation pour la réinsertion sociale.

Que retenir de la création de l’agence pénitentiaire?

Suivant la loi n° 94/009 du 28 juillet 1994 portant création, attributions, organisation et fonctionnement des offices à caractère social, culturel et scientifique, le gouvernement béninois a décidé de la création d’une agence pénitentiaire, dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des prisonniers du Bénin.

Ce cadre a vu le jour en Décembre 2017. Il a reçu pour mission d’assurer une gestion déconcentrée et efficiente du patrimoine et des ressources des maisons d’arrêt et d’asseoir une administration pénitentiaire pertinente. Ainsi, l’agence pénitentiaire du Bénin va désormais accomplir les missions que réalise, jusqu’ici, la direction de l’Administration pénitentiaire et de la Protection des droits humains en matière pénitentiaire et s’occupera de la gestion des maisons d’arrêt et prisons civiles du Bénin.

Avec l’avènement de cette structure, le sort des détenus connaîtra, probablement sous peu, un meilleur sort, notamment, avec de meilleures conditions pour les personnes incarcérées. Elle matérialise ainsi la détermination du gouvernement à humaniser et consolider le système judiciaire en améliorant l’état des prisons civiles et des maisons d’arrêt, dans l’optique de les normaliser en les mettant au niveau requis et d’améliorer leur gestion.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus