Justice

Bénin – Communales 2020: des fraudeurs condamnés à des peines privatives de liberté

Les dénonciations de fraudes électorales, entre les deux blocs politiques proches du président Patrice Talon, portées devant les tribunaux, à Abomey, viennent d’être tranchées. A travers une décision rendue, le mercredi 15 juillet 2020, les juges du tribunal de première instance d’Abomey ont condamné deux présidents de bureau de vote à 12 mois d’emprisonnement, assortis de sursis.

Le juge du tribunal de première instance de première classe d’Abomey a prononcé, le mercredi 15 juillet 2020, un jugement sur le cas de fraude électoral porté devant lui, au lendemain des élections communales et municipales du dimanche 17 mai 2020.

En effet, après avoir condamné le sieur Kakpo Mathieu, un militant du parti Bloc Républicain, interpellé en flagrant délit de vote au nom d’une autre personne, à six mois de prison ferme, le juge vient de condamner ses complices, deux présidents de bureau de vote, à 12 mois d’emprisonnement avec sursis et au payement de 50.000 FCFA d’amende.

Retour sur ce cas de fraude électorale

Les populations du village de Kpoto, arrondissement de Kpédékpo, commune de Zagnanado avaient contesté les résultats issus des urnes, au lendemain des élections communales et municipales du 17 mai dernier, au motif que l’élection serait jonchée de fraudes.

Ces frondeurs, des militants du parti Union progressiste, ont notamment déploré le fait que des personnes décédées ou en voyage aient pu voter dans certains postes de vote du village de Kpoto.

Au lendemain des élections, le sieur Degan Norbert, agent de la police républicaine dans le département de l’Ouémé, précisément dans la commune de Bonou et n’ayant pas pu faire le déplacement pour aller voter dans son village, a retrouvé son nom sur la liste d’émargement des votants et dit avoir été surpris d’avoir voté dans son village, bien qu’absent alors que le vote par procuration n’a pas été autorisé par la CENA.

Tout comme lui, son père, Degan Armand, décédé depuis deux ans, a également émargé sur la liste des votants, ainsi que d’autres personnes du village, décédées depuis des années. Les suffrages de tous ces défunts ont été comptabilisés pour le parti Bloc Républicain.

C’est dans cette mare de fraude organisée dans le village de Kpota que le sieur Kakpo Mathieu fut arrêté par la police avec deux cartes d’électeurs et confié au procureur du tribunal de première instance d’Abomey. La seconde carte d’électeur appartenait à une personne décédée d’un accident de circulation depuis 5 ans. Il fut donc condamné à 6 mois de prison ferme.

Ce sont les investigations pour savoir comment des électeurs ont pu voter deux fois dans une même journée, qui ont conduit à la condamnation de ces deux président de bureau de vote à 12 mois de prison, assortis de sursis, et au payement de 50.000 FCFA.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus