Angleterre : un couple autorisé à donner le nom de “Lucifer” à son fils

Malgré les réticences de l’agente administrative chargée d’enregistrer l’état civil, un jeune couple anglais a réussi à obtenir l’autorisation d’appeler leur fils, Lucifer, un surnom utilisé pour désigner le diable par certaines religions.

Vagina, Clitorius, V8…les couples rivalisent, de nos jours, d’ingéniosité pour donner à leurs enfants des prénoms originaux, voire sulfureux. C’est le cas d’un jeune couple anglais qui a réussi à faire appeler son fils, Lucifer, un surnom attribué au diable par certaines religions. Originaires du Derbyshire, Dan et Mandy Sheldon sont en effet parvenus à donner à leur premier enfant de quatre mois le nom de Lucifer, et ce, malgré les difficultés au moment de la déclaration à l’état civil.

Le couple a en effet essuyé quelques railleries de la part de l’agente administrative chargée d’enregistrer l’état civil, qui a tenté de les dissuader de donner à leur enfant un nom associé à la figure du diable dans la religion chrétienne. “Nous étions vraiment excités à l’idée d’aller le faire enregistrer, mais l’agente nous a regardés avec un air de profond dégoût”, raconte Dan Sheldon dans les colonnes du Sun. «Elle nous a dit qu’il ne pourrait jamais trouver de travail et qu’aucun professeur ne l’accepterait jamais dans sa classe. J’ai essayé de lui expliquer que nous ne sommes pas des gens religieux, et que Lucifer en grec signifie “porteur de lumière” et “matin”, mais elle n’a pas voulu m’écouter», poursuit le père du bébé de quatre mois.

“Nous trouvions que c’était un beau nom… ”

“Elle nous a même dit qu’il était illégal de nommer un enfant comme cela en Nouvelle-Zélande et que nous pourrions peut-être le nommer autrement, tout en l’appelant Lucifer à la maison”, explique Dan Sheldon qui dit être stupéfait par l’attitude de l’agente. Après quelques heures d’explications, le couple a finalement obtenu gain de cause. “Elle a fini par le faire, mais vraiment à contrecœur”, confie le jeune papa. “Honnêtement, nous trouvions tout simplement que c’était un beau nom… un nom unique. Nous ne nous attendions pas à ce que cela pose autant de problèmes”, conclut-il.

 La Nouvelle-Zélande, qui a des restrictions plus strictes sur les noms des enfants, a inscrit Lucifer sur une liste de noms interdits publiée en 2013, avec “Christ” et des titres royaux comme “Roi”, “Prince” et “Princesse”. Un porte-parole du conseil du comté du Derbyshire a révélé que l’officière d’état civil avait fait ce qu’il fallait en exprimant ses inquiétudes, quant au choix. “Nous nous excusons s’ils ont été offensés, mais c’est le travail de nos officiers d’état civil de les conseiller sur ces questions, car parfois les gens ne sont pas conscients de certaines significations ou associations autour de certains noms”, a réagi le conseil régional, cité par The Sun,

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus