Van Dijk : «Ma vie était en danger, j’ai même fait un testament»

Patron de la défense de Liverpool, Virgil Van Dijk n’aurait jamais imaginé, il y a huit ans, être aujourd’hui l’un des meilleurs à son poste. L’international néerlandais, victime d’une appendicite en 2012, a failli y laisser sa peau.

A lire aussi:

Cadre indispensable de l’effectif de Liverpool, Virgil Van Dijk est heureux de ce que la Premier League reprenne, après plusieurs mois d’arrêt en raison de la crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus. Recruté par les Reds en 2018, l’ancien défenseur de Southampton n’a mis qu’une saison pour mettre tout le monde d’accord. Roc défensif, taulier de la défense, citadelle imprenable, les mots ne manquent pas pour qualifier le géant néerlandais.

Une belle carrière qui aurait pu brutalement prendre fin en 2012. Alors âgé de 20 ans, le joueur a été hospitalisé avec une appendicite aiguë qui a entraîné une péritonite et une infection rénale, nécessitant une intervention chirurgicale urgente. Une situation très dure à l’époque pour le jeune homme, qui a craint pour sa vie et a même fait son testament, sentant la mort approcher «Je n’ai vu que des tubes autour de moi. Mon corps était cassé et je ne pouvais rien faire. À ce moment, les pires pensées ont commencé à me traverser l’esprit », a déclaré Van Dijk au Daily Mail .

Condamné à une mort lente, l’ancien arrière-garde de Groningen a été sauvé de justesse par sa mère, qui, en lui rendant visite sur son lit d’hôpital, l’a poussé à effectuer d’autres tests, dans un autre hôpital, alors qu’il se plaignait toujours de plus en plus d’atroces douleurs abdominales. Virgil était en train de mourir quand il a été opéré d’urgence. «Ma vie était en danger. Ma mère et moi avons prié et discuté de scénarios possibles. J’ai dû signer des papiers, une sorte de testament. Si je mourais, une partie de mon argent irait à ma mère. Bien sûr, personne ne voulait en parler, mais nous avons dû le faire. Ça aurait pu être fini.», confie le joueur au média anglais.

Après plus d’un an passé sur son lit d’hôpital, Van Dijk, sorti d’affaire, s’est engagé avec le club russe de Celtic Glasgow, avant d’atterrir à Southampton en Premier League, où il a été enrôlé en 2018 par Jurgen Klopp, manager de Liverpool.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus