gaetane
Laurent Gbagbo,ancien président de la Côte d'Ivoire@LNT

Si Laurent Gbagbo ne demande pas pardon, « il ne doit pas rentrer en Côte d’Ivoire »

Le retour éventuel en Côte d’Ivoire de Laurent Gbagbo, acquitté par la CPI de crimes contre l’humanité, continue de susciter des réactions au sein de l’opinion ivoirienne. Gbaï Bolou, un homme qui se dit spiritualiste, a déclaré que l’ex-président ivoirien doit d’abord demander « pardon » aux Ivoiriens avant d’envisager son retour en Côte d’Ivoire.

Assigné à résidence depuis son acquittement le 15 janvier 2019 d’accusations de crimes contre l’humanité, Laurent Gbagbo a été autorisé à quitter la Belgique le 28 mai 2020. La Cour pénale internationale (CPI) a tout de même fixé des conditions : tout pays dans lequel l’ancien président ivoirien souhaiterait se rendre doit notamment accepter au préalable de le recevoir. Gbagbo a ainsi tendu la main au pouvoir d’Abidjan.

Pour Gbaï Bolou, un enseignant à la retraite, qui se dit aussi spiritualiste et médium, le retour de Laurent Gbagbo en terre ivoirienne doit passer par certaines étapes. Dans un entretien accordé au quotidien ivoirien « Le Jour Plus » et paru ce mercredi 10 juin 2020, le médium qui se dit « spécialisé dans la transmission des messages des divinités aux hommes politiques » a envoyé un message de mise en garde à l’ex-président ivoirien.

« Si aujourd’hui, Laurent Gbagbo ne fait pas la repentance pour dire : « J’avais fini mon mandat, je n’ai pas reconnu les résultats [des urnes en 2010. Ndlr]. Au plan républicain, ce n’est pas bon. Ivoiriennes et ivoiriens, je présente toutes mes excuses. En tant que Président de la République à l’époque, je présente mes excuses pour tout ce qui est arrivé. Tous les crimes qui ont été commis, c’est en mon nom que cela a été commis. Certes, ce n’est pas moi qui ai tué. Mais, en tant que responsable, j’assume. Je demande pardon à toutes les familles. Dès mon retour, Alassane Ouattara, le grand-frère Bédié et moi, allons nous asseoir à la même table pour réconcilier les Ivoiriens“. Voilà ce dont le peuple a besoin et qu’il doit faire », a-t-il fait savoir.

Pour Gbaï Bolou, le retour de Laurent Gbagbo doit être conditionné par cette déclaration. « S’il ne le fait pas, il ne doit pas rentrer en Côte d’Ivoire. Qu’il reste là-bas », a lancé l’homme spirituel.

Acquitté et autorisé à se déplacer

Après plus de sept ans de détention, M. Gbagbo, 74 ans, a été reconnu non coupable en janvier 2019 de crimes commis entre 2010 et 2011, au cours des violences post-électorales en Côte d’Ivoire, qui avaient fait quelque 3 000 morts en cinq mois. Le même verdict a été prononcé à l’endroit de l’ex-chef du mouvement des Jeunes Patriotes fidèles à l’ancien président, M. Blé Goudé, accusé de crimes contre l’humanité lors de la crise post-électorale.

Depuis le 28 mai 2020, la Chambre d’appel de la Cour Pénale Internationale (CPI) a levé certaines restrictions sur la liberté de Laurent Gbagbo et Blé Goudé. L’ancien Président ivoirien et son Ministre de la jeunesse peuvent se rendre dans 123 pays signataires du protocole de la CPI, dont la Côte d’Ivoire.

Début novembre 2019, la justice ivoirienne a condamné, en appel, M. Gbagbo, par contumace, à vingt ans de prison pour le « braquage » de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest pendant la crise post-électorale. M. Blé Goudé a été condamné en décembre 2019 à vingt ans de prison pour des crimes commis pendant la crise.

1 commentaire
  1. enfant de Dieu dit

    Peux tu refuser à un enfant de revenir dans la maison de son père ? Celui qui parle ainsi est-il Africain ? IL a un problème. C’est lui qui doit demander pardon. En Afrique, nous ne chassons, ni rejetons nos enfants malgré tout ce qu’ il aurait fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.