RDC : 1300 morts et des milliers de déplacés dans des violences

En seulement quelques mois de violences en République démocratique du Congo, environ 1 300 civils ont été tués à travers le pays et plus d’un demi-million de personnes, déplacées, rapportent les Nations Unies.

Selon un rapport de l’ONU, cité par l’AFP, les conflits en RDC ont fait énormément de dégâts sur la population. La chef des droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, a averti que certains des massacres et des attaques à l’origine des meurtres et des déplacements de population « pouvaient constituer des crimes contre l’humanité et des crimes de guerre ». Le rapport indique que le nombre de victimes des violences a considérablement augmenté ces dernières semaines dans trois provinces de l’est-Ituri, Nord-Kivu et Sud-Kivu, se propageaient « avec des répercussions désastreuses pour la population civile ».

A lire aussi:   Tchad: le président Idriss Déby Itno élevé au grade de maréchal

Des groupes armés, a-t-elle dit, ont commis des massacres et des atrocités, tandis que les forces gouvernementales ont également commis de graves violations. « Je suis consternée par l’augmentation des attaques brutales contre des civils innocents par des groupes armés et par la réaction des forces militaires et de sécurité, qui ont également commis de graves violations, notamment des homicides et des violences sexuelles », a déclaré Bachelet. « Ce ne sont pas seulement des actes répréhensibles et criminels, mais ils brisent également la confiance entre le peuple et les représentants de l’État, tant sur le plan sécuritaire que politique. » La violence a contraint des centaines de milliers de personnes à fuir.

Les opérations militaires et les attaques de représailles, contre des civils par des groupes armés, ont déplacé plus de 400 000 civils au Nord-Kivu, depuis septembre dernier, tandis que quelque 110 000 personnes, principalement des femmes et des enfants, ont fui la violence au Sud-Kivu, depuis janvier, a déclaré Marta Hurtado, porte-parole du Bureau des droits des Nations Unies. Au Sud-Kivu, les déplacements ont considérablement augmenté, depuis mars, a-t-elle ajouté.

A lire aussi:   Les forces soudanaises arrêtent des mercenaires se rendant en Libye

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Bénin

Afrique

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus